Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’agrégateur de comptes Yolt débarque en France et vise le marché européen

Créé au sein de l’accélérateur interne de la banque néerlandaise ING Direct, l'agrégateur de comptes Yolt débarque en France après s'être lancé sur les marchés britannique dès 2017, puis italien en 2018. En phase de test dans l'hexagone, il entend dispenser son application - qui compte déjà 500 000 utilisateurs actifs - dans toute l'Europe.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’agrégateur de comptes Yolt débarque en France et vise le marché européen
Via l'application Yolt, l'utilisateur peut visualiser d'un coup d'oeil ses dépenses classées en 21 catégories - factures, investissements, shopping, déjeuner, café, boissons, transport, voyages, épicerie… - personnalisables à l’envi. © Yolt

Près d’une personne sur quatre en France excède son découvert autorisé au moins une fois par mois, selon la dernière étude Panorabanques.com sur le sujet, menée en 2018. Et ce quelque soit son niveau de revenu. Pour mieux gérer ses budgets, épargner, gagner du temps - et s’éviter au passage des frais bancaires - les fintechs mettent au point de nouvelles solutions permettant d’agréger comptes courants et cartes de crédits sur une même interface. Les français sont déjà familiers de Bankin, Linxo ou encore Budgea, ils peuvent également se tourner vers Yolt depuis quelques mois.

 

Créée au sein de l’accélérateur interne de la banque néerlandaise ING Direct, la fintech s’est d’abord lancée sur la marché britannique dès 2017, puis italien en 2018. Avant de s’attaquer au marché français via une application mobile en version bêta privée et gratuite sur l’Applestore et Google play. “Il s’agit d’une phase de tests afin d’adapter notre application aux besoins des usagers français, avant un lancement grand public courant 2019”, explique Frank Jan Risseeuw, CEO de Yolt.

 

Un accès à 67 banques françaises et cartes de crédit

Aujourd’hui, la fintech propose le même type de produit dans chaque pays : une plateforme mobile agrégeant les comptes courants, cartes de crédit et comptes d’épargne du consommateur sur une même interface afin de lui permettre d’avoir une vue d’ensemble de son argent et de suivre ses dépenses, les factures à venir et ses abonnements. La version française offre déjà l’accès à 67 banques françaises et cartes de crédit. Afin de pouvoir mieux gérer les divers budgets, Yolt classe automatiquement les dépenses en 21 catégories - factures, investissements, shopping, déjeuner, café, boissons, transport, voyages, épicerie… - personnalisables à l’envi.

 

Si une personne estime que la transaction ne rentre pas dans l’une des catégories, elle peut tagguer ses transactions pour former des groupes de dépenses sur mesure. “Nous venons également de lancer le suivi des objectifs en matière d’épargne, l’une des fonctionnalités les plus plébiscitées. Il s’agit d’une vignette personnalisable affichée sur le tableau de bord de l’application, permettant un suivi de l’historique des économies réalisées. Les utilisateurs pourront ainsi savoir, au travers d’un diagramme, combien et comment ils ont économisé le mois en cours, sur les trois derniers mois, et disséquer le montant moyen des économies réalisées au cours de la période, explique le CEO. Nous proposons aussi des guides détaillés, des blogs et des conseils financiers pour apporter une réelle valeur ajoutée à la prise de décisions financières”.

 

Des partenariats avec des comparateurs de prix

L'application va même plus loin en hébergeant sur son interface des comparateurs afin de devenir un véritable assistant de gestion des finances personnelles. Selon les pays, les modèles diffèrent. En France, Yolt a déjà tissé deux partenariats avec la plateforme de comparaison des offres d’énergie, Selectra, et le comparateur des opérations de transferts d'argent à l’étranger, Moneytis. “Les usagers intéressés pourront trouver le contrat qui leur convient tout en restant sur l’application. Il leur suffira de cliquer sur le service auquel ils souhaitent accéder pour basculer sur le site web de nos partenaires où ils pourront compléter le processus à leur guise”, détaille Frank Jan Risseeuw. De quoi permettre à l’utilisateur de réaliser des économies et à Yolt de se rémunérer.

 

L’application est gratuite, mais la fintech reçoit une commission dès qu’un usager fait appel aux services d’un des partenaires. Cette année 2019, l’éventail de partenaires devrait encore s’élargir pour inclure, outre les factures, les services et loisirs.

 

500 000 utilisateurs actifs

A ce jour, Yolt affiche plus de 500 000 utilisateurs actifs et traite près de 4 millions d’appels API Open Banking hebdomadaires. Si la fintech a commencé avec la Grande-Bretagne, l’Italie et la France, plutôt que les Pays-bas, son pays d’origine, “c’est qu’il s’agissait de pays matures en terme d’agrégation de comptes et de marché très larges, comptant de nombreux millenials”, explique le CEO. A terme, Yolt entend bien devenir une plateforme européenne. Au fur et à mesure que l’open banking se développera, les travailleurs transfrontaliers pourront accéder à leurs comptes étrangers au sein de leur application française.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale