Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’Arabie Saoudite s’invite dans le club fermé des grandes puissances de calcul

Avec son supercalculateur Shaheen II de 5,5 pétaflops, le royaume saoudien rejoint la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la Suisse et l’Allemagne dans le nouveau Top 10 des supercalculateurs les plus puissants au monde.  
mis à jour le 20 juillet 2015 à 17H46
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’Arabie Saoudite s’invite dans le club fermé des grandes puissances de calcul
L’Arabie Saoudite s’invite dans le club fermé des grandes puissances de calcul © Cray

C’est une grande surprise. Un pays pour le moins inattendu fait son entrée dans le Top 10 des supercalculateurs les plus puissants au monde. Il s’agit de l’Arabie Saoudite. Avec son Shaheen II, le royaume saoudien prend la septième place et s’invite ainsi dans le club fermé des grandes puissances de calcul aux cotés des Etats-Unis, de la Chine, du Japon ou encore de l'Allemagne. C’est-ce qui ressort du nouveau Top 500, le classement des 500 supercalculateurs les plus puissants au monde publié à l’ouverture de l’International Supercomputing Conference qui se tient à Francfort, en Allemagne, du 12 au 16 juillet 2015.

 

 

2 SUPERCALCULATEURS PÉTAFLOPIQUES DANS LE PAYS

 

 

Construit par Cray, le Shaheen II affiche une puissance de calcul de 5,5 pétaflops (1 pétaflops équivaut à 1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde) selon le référentiel de test Linpack et engloutit 2,8 MW d’électricité. Il est installé depuis avril 2015 à l’université de sciences et technologie du roi Abdullah (KAUST) à Jeddah. Il complète ainsi le système Shaheen de 190 téraflops fourni par IBM en 2009 au même établissement. L’Arabie Saoudite dispose d’un autre supercalculateur pétaflopique: le Makman 2. Signé Dell, il équipe Aramco, la compagnie nationale d’hydrocarbures. Sa puissance de calcul atteint 2,3 pétaflops.

 

 

L'ARABIE SAOUDITE MIEUX PLACÉE QUE LA FRANCE OU LA GRANDE-BRETAGNE

 

 

En se hissant à la 7e place du Top 500, le royaume saoudien fait mieux que la France ou le Royaume-Uni. En France, le supercalculateur le plus puissant affiche une puissance de 2 pétaflops dans les entreprises (Le Pangea chez Total à Pau) et 1,6 pétaflops dans le milieu académique (L’Occigen au Centre informatique national d’enseignement supérieur à Montpellier). Mais l'Hexagone dispose de davantage de machines : 27 dans le Top 500 contre seulement 7 pour l’Arabie Saoudite.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media