Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'autorité de la concurrence britannique veut mener une enquête antitrust sur Facebook

Vu ailleurs Après Apple et Google, c'est Facebook qui devrait faire l'objet d'une enquête de la part de la Competition and Markets Authority. C'est la position de l'entreprise sur les secteurs des réseaux sociaux et de la publicité en ligne qui inquiète l'autorité de la concurrence britannique. En revanche, le démantèlement de Facebook n'est pas envisagé, d'après un membre de la CMA.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'autorité de la concurrence britannique veut mener une enquête antitrust sur Facebook
L'autorité de la concurrence britannique veut mener une enquête antitrust sur Facebook © Geralt/Pixabay

La Competition and Markets Authority (CMA), l'équivalent de l'Autorité de la concurrence au Royaume-Uni, serait en passe d'ouvrir une enquête sur Facebook, d'après le Financial Times. Le date de l'ouverture de la procédure n'est pas encore connue.

La CMA chercherait à déterminer si l'entreprise abuse de sa position dominante grâce aux données de ses utilisateurs sur les secteurs des réseaux sociaux et de la publicité en ligne, détaille une source. Elle a ajouté que l'enquête s'appuierait sur les conclusions d'un rapport du CMA sur la publicité en ligne, dans lequel Facebook est pointé du doigt pour certaines de ses pratiques.

Pas de démantèlement prévu
Précision importante, la CMA n'envisage pas du tout d'enjoindre Facebook de se séparer de certaines de ses filiales, telles qu'Instagram ou WhatsApp. En effet, "la CMA ne peut pas annuler les fusions antérieures (…) Avoir une position monopolistique n'est pas contraire à la loi, c'est abuser de cette position au détriment de ses concurrents" qui pose problème, a précisé un membre de l'autorité.

Google et Apple sont également dans le viseur du gendarme britannique. Dans le premier cas, ce sont la suppression des cookies tiers dans Chrome qui inquiète car elle pourrait donner à la firme de Mountain View un contrôle presque total sur la manière avec laquelle les entreprises monétisent et exploitent leurs sites web. Dans le second cas, ce sont les conditions d'accès et d'utilisation de l'App Store qui ont motivé la CMA à ouvrir une enquête.

Une nouvelle autorité dédiée aux Gafam
En parallèle, le Royaume-Uni souhaite renforcer son arsenal pour lutter contre les comportements des grandes entreprises technologiques. Il va instaurer une nouvelle autorité, la "Digital Market Unit" (DMU), qui sera chargée de la régulation de "Big tech" et rattachée à la CMA. Elle devrait prendre ses fonctions début avril 2021 et aura le pouvoir de suspendre, de bloquer et d'annuler les décisions prises par ces entreprises.

Facebook est également poursuivi en Etats-Unis. En décembre 2020, la Federal Trade Commission (FTC) a déposé une plainte pour abus de position dominante. Dans le cadre d'une procédure distincte, 46 Etats américains ont pris une décision similaire. Bien qu'étant séparées, les procédures soulèvent les mêmes griefs. Les requérants affirment que Facebook a acheté des concurrents "illégalement" et de "manière prédatrice" afin de développer son emprise sur le marché. Instagram et WhatsApp sont cités comme exemples.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.