Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’électronique se prépare à épouser toutes les formes

Aujourd’hui plats, les circuits électroniques rigides pourraient demain prendre des formes incurvées, bombées, ondulées, etc. C’est du moins l’objectif du projet de R&D européen Terasel, lancé sous l’égide de l’institut belge de recherche Imec.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’électronique se prépare à épouser toutes les formes
L’électronique se prépare à épouser toutes les formes

Imaginez que les circuits électroniques puissent épouser parfaitement les formes non planes des applications : la coque bombé du combiné de téléphone de bureau, l’écran incurvé des téléviseurs, l’enveloppe ronde d’un robot ménager ou encore la toiture en forme de vague d’un musée illuminé par des LED. Ceci est aujourd’hui impossible, car les circuits électroniques sont toujours réalisés sur des substrats plats. Mais la situation pourrait changer. C’est du moins l’objectif du projet européen de R&D Terasel.

Lancé dans le cadre du septième plan cadre de recherche de l’Union européenne, il représente un budget de 7,4 millions d’euros, dont 5 millions de financement européen. Il est mené par l’institut de recherche belge en microélectronique Imec avec 13 partenaires, dont, pour la France, l’Association Pôle européen de plasturgie. Parmi les industriels participants, figurent Philips et TP Vision.

L’objectif du projet est de développer l’ensemble des technologies nécessaires à la réalisation de circuits électroniques de grande surface sur un substrat plastique thermo déformable. Une fois le circuit construit, il peut être déformé sous haute pression et à faible température pour épouser la forme exacte de l’application. Le procédé sera démontré sur des prototypes à l’aide d’une ligne pilote prévue dans le centre de l’Imec, à Gent.

Cette technologie n’est pas à confondre avec celle des circuits souples comme les écrans Oled flexibles fabriqués depuis peu par Samsung et LG et qui équipent déjà des smartphones incurvés chez ces deux industriels coréens. Dans Terasel, les circuits sont justes déformables, et une fois déformés, ils deviennent rigides, comme les circuits actuels. Seule leur forme change.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media