Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'étude du web social révèle la violence de la transformation numérique des entreprises

Étude La start-up Linkfluence et l'agence Publicis Nurun ont étudié durant un an les conversations sur les réseaux sociaux et le web éditorial à propos des relations entre grandes entreprises et start-up. Résultat, les échanges s’intéressent surtout à la douloureuse transformation numérique des entreprises traditionnelles.
mis à jour le 17 juin 2016 à 07H35
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'étude du web social révèle la violence de la transformation numérique des entreprises
L'étude du web social révèle la violence de la transformation numérique des entreprises © Capture Linkfluence

Comment la relation entre start-up et grandes entreprises apparaît-elle dans les medias sociaux ? C’est ce que Linkfluence a cherché à savoir avec l'agence Publicis Nurun en scrutant les échanges sur le sujet entre le 1er avril 2015 et le 1er avril 2016. Résultat, la start-up a analysé un million de conversations, qui ont été vues 450 millions de fois en un an. Ces échanges font majoritairement transparaitre, avec des termes souvent violents, l’inquiétude des grandes entreprises face à l’injonction de transformation.


Linkfluence a d’abord filtré les conversations provenant des start-up et des entreprises du CAC 40, ou les évoquant, puis a observé uniquement celles qui parlaient des relations entre ces deux types de structures. Mais au final, les conversations analysées évoquent plus largement la façon dont les entreprises traditionnelles font face à la transformation numérique imposée certes, par les petits pure players, mais aussi par les GAFA.

 

Guerre, tsunami, s’adapter ou mourir…

Résultat, le terme privilégié dans les échanges en français, c’est… l’ubérisation. Et plus globalement, le vocabulaire utilisé reflète la violence que représente la transformation numérique pour les grands groupes. On parle guerre, menace, tsunami, mastodonte, cygne noir, David contre Goliath… On enjoint à "s’adapter ou mourir", "innover ou mourir""C’est un vocabulaire de l’affrontement, confirme Guilhem Fouetillou, Chief Evangelist Officer chez Linkfluence. Le gros du contenu est certes porté par les medias au départ, mais il est relayé dans les réseaux sociaux dans les mêmes termes, avec les mêmes titres."

 

La concurrence, plus que la coopération

La concurrence prime d’ailleurs sur la coopération dans les échanges. Et la seconde est évoquée principalement au travers des investissements ou des acquisitions. "La coopétition apparaît, elle-aussi, mais cela reste embryonnaire," précise Guilhem Fouetillou. Une démarche autour de laquelle quelques grands noms comme Engie, La Poste et Orange se détachent. L’open innovation représente pour l’instant moins de 10% des échanges. Et elle est davantage évoquée dans les débats en français alors que "le web anglophone représente 90% des conversations analysées", comme le signale le livre blanc de Linkfluence.

 

Les banques en vedette, mais aussi l’agro-alimentaire

Les entreprises les plus évoquées sont les banques devant celles de la santé, du tourisme et de l’hôtellerie, et des transports. Linkfluence décortique le cas de la BNP, très visible sur le sujet du Bitcoin, de la blockchain, des fintechs ou du crowdfunding. AirBnB, Uber et consorts ont naturellement poussé les secteurs du tourisme et du transport.

 

Mais, plus surprenant, les sociétés du secteur de l'agro-alimentaire sont aussi en bonne place dans les conversations. "Il y a eu une montée en puissance de la banque en 2016, avec des sujets comme la blockchain, explique Guilhem Fouetillou. Moins évidente, la place prise par l'agro-alimentaire s’explique, elle, par une conjonction de sujets liés aux nouveaux modes de production et d’autres liés à la distribution." 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale