Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Europe veut renforcer ses compétences dans les drones de défense, la connectivité et le trafic spatial

Pour renforcer sa souveraineté numérique, Bruxelles veut mettre l'accent sur trois projets : les drones à double usage civil et militaire, la connectivité et la gestion du trafic spatial. Ce programme n'a prévoit pas de financement propre mais s'appuie sur des enveloppes préexistantes. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Europe veut renforcer ses compétences dans les drones de défense, la connectivité et le trafic spatial
L'Europe veut renforcer ses compétences dans les drones de défense, la connectivité et le trafic spatial © Commission européenne/Twitter

La Commission européenne présente ce lundi son plan d'action sur les synergies entre les industries civile, spatiale et de défense dont l'objectif est de conserver la base industrielle de l'Europe, répondre à la concurrence géopolitique et renforcer la souveraineté technologique du Vieux continent. 

Trois projets phares
Ce nouveau programme vise en particulier à préparer le lancement de trois "projets phares susceptibles de changer la donne", d'après Bruxelles. Sont concernés les drones, la connectivité et la gestion du trafic spatial.

Le plan "Technologies des drones" visera à recenser les problèmes technologiques à dépasser pour développer davantage les capacités européennes en matière de drone, avec les parties prenants de l'industrie et de la défense. Il portera sur les sources d'enrichissement mutuel et les applications à double usage, civil et militaire, possibles comme la surveillance et l'intervention d'urgence, les charges utiles et les technologies de détection et d'évitement.

Booster la mobilité aérienne
Ce premier projet phare abordera également la question des aéronefs sans équipage, "un élément de mobilité durable et intelligence du futur", d'après la Commission. Ainsi, la stratégie recensera les futurs besoins réglementaires, technologiques et d'infrastructure. Les problématiques liées à la sûreté, la sécurité, au respect de la vie privée et à la protection de l'environnement seront également débattues.

Concernant le financement de ce projet, Bruxelles précise qu'il puisera les fonds nécessaires dans les programmes de financement existants, comme le Fonds européen de la défense et Horizon Europe, le programme-cadre pour la recherche et l'innovation.

Fournir une connectivité sûre et fiable aux Européens
Le second projet vise à fournir des services essentiels aux citoyens européens, comme une connectivité fiable, "sûre et présentant un bon rapport coût-efficacité" pour les communications gouvernementales et commerciales ainsi qu'une "disponibilité universelle du haut débit" dans toute l'Europe.

Bruxelles veut notamment mettre en place des infrastructures satellitaires en orbite basse, à la manière de SpaceX avec Starlink qui vient d'ailleurs d'être autorisé à opérer en France. Il a nommé en décembre dernier un consortium d'entreprises, dont Airbus Space et Arianespace, pour étudier la faisabilité d'un tel projet sur une année grâce à une enveloppe de 7,1 millions d'euros.

Etablir des normes de trafic dans l'espace
La Commission désire également travailler sur la gestion du trafic spatial, un sujet central à mesure que les satellites se multiplient dans l'espace. Ce projet vise à établir des normes pour éviter les collisions entre les satellites et les débris spatiaux. Il devra également contribuer à l'établissement d'une approche internationale. Ce troisième projet ne bénéficie pas d'une enveloppe dédié mais repose sur les programmes européens existants.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.