Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La carrière des femmes dans le numérique ? Tout sauf une histoire d'ovocytes (n'en déplaise à Apple et Facebook)

Congeler ses ovocytes pour faire carrière ? Apple et Facebook viennent d'annoncer qu'ils vont proposer cela à leurs salariées. Une manière de revaloriser la place des femmes dans leur entreprise, et dans leur secteur, selon eux.
mis à jour le 20 janvier 2015 à 16H29
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La carrière des femmes dans le numérique ? Tout sauf une histoire d'ovocytes (n'en déplaise à Apple et Facebook)
A l'image de Marissa Mayer, patronne de Yahoo, on ne compte que 6% de femmes à la tête des grandes entreprises du numérique. © jdlasica - Flickr - c.c.
Chaque année, L'Usine Nouvelle révèle 30 parcours remarquables de femmes dans l'industrie. Découvrez nos 30 nominées et nos 10 lauréates primées cette année.

Pour faire carrière, les femmes ne devraient plus faire d’enfant, en tout cas pas tout de suite... C’est en somme ce que viennent de suggérer Apple et Facebook à leurs employées. La nouvelle mutuelle « maison » des deux géants du web propose en effet de prendre en charge (jusqu'à 20 000 dollars) la congélation des ovocytes de ces dames. Ce système leur permettrait ainsi de se concentrer sur leur carrière tout en sécurisant leur désir de maternité.

La nouvelle a été diversement accueillie sur les réseaux sociaux mais un rapide coup d’œil sur Twitter permet de voir que cette annonce révolte les femmes. Françoise Gri, la patronne de Pierre & Vacances, estime ainsi que cette mesure est une façon de dire « maternité not welcome ». Pour d’autres, c’est une nouvelle forme d’esclavage, une manière aussi de laisser entendre que les femmes sont moins productives après avoir conçu des enfants.

Bref, cette initiative (qui part sans doute d’une bonne intention au départ) n’est pas du tout perçue comme un outil permettant de donner aux femmes toute leur place dans le numérique. Bien au contraire. Ce sentiment étant sans doute renforcé par le fait que ce secteur n’est pas exemplaire en matière de parité : les hommes représentent 70% des effectifs tous postes confondus chez Google, 62% chez Yahoo!, et 61% chez LinkedIn. Et plus récemment, grâce à Satya Nadella, le nouveau boss de Microsoft, on sait aussi que demander une augmentation de salaires pour une femme n’est pas bon pour son karma

Au-delà du secteur numérique, toutes les entreprises semblent faire la même erreur en matière de parité. Pour valoriser les femmes, elles cherchent finalement à les rapprocher des hommes. Alors qu’il faudrait peut-être renverser la question. Et se demander comment faire en sorte que les hommes aient les mêmes droits (et devoirs) que les femmes, notamment sur le plan privé. Comme le disait cette dirigeante d'une grosse ETI industrielle française, contrainte de voyager beaucoup pour son travail, "quand mon mari a dû annoncer qu'il allait devoir quitter le bureau plus tôt pour récupérer nos enfants, ses patrons et ses collègues ont d’abord été interloqués. Mais ils s'y sont faits." De force. C’est donc le regard que portent les DRH et les dirigeants sur le rôle de l’homme au sein de l’entreprise et de sa famille qu’il faut changer.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

sirène
23/10/2014 15h15 - sirène

Et si la maternité nous rendait plus fortes, plus innovantes, en nous permettant de prendre du recul pendant quelques semaines et revenir avec un éclairage et des idées nouvelles ? J'ai eu mes plus grosses promotions à des retours de congé maternité : et oui, c'est possible ! Pourquoi les hommes n'auraient ils pas droit à cette chance également ? Non, décidément, il faut bien renverser la question.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale