Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La Digital Factory de Thales affirme ses ambitions... et mobilise ses troupes

Lancée en juin 2017 pour accélérer la transformation digitale du groupe, la Digital Factory de Thales monte en puissance et cherche maintenant à mobiliser l'ensemble des effectifs du groupe. Dans le cadre d'un tour de France des sites Thales, la Digital Factory a fait étape à Toulouse.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La Digital Factory de Thales affirme ses ambitions... et mobilise ses troupes
Olivier Flous, directeur de la Digital Factory de Thalès © Marina Angel

La montée en puissance de la Digital Factory de Thales s’est faite en un temps record. Créée en plein cœur de Paris en juin 2017, cette nouvelle équipe regroupe aujourd'hui 220 spécialistes en intelligence artificielle, big data ou cybersécurité, recrutés à la fois au sein du groupe et en externe. "Une première filiale vient d'ouvrir à Montréal, au Canada et nous prévoyons une nouvelle implantation à Singapour avant la fin de l'année 2018", précise Olivier Flous, directeur de la Digital Factory, venu avec une partie de ses équipes prêcher la bonne parole à Toulouse, où le groupe compte pas moins de 4 500 salariés répartis entre ses activités spatiales, avioniques, défense, cybersécurité et services.


La mission de cette Digital Factory est d'accélérer la transformation digitale du groupe en appliquant toutes les recettes de l'open innovation et du travail collaboratif. Très concrètement, des relais (baptisés Digital Champions) ont été mis en place sein des différents sites du groupe et par métier, pour faire émerger des besoins utilisateurs et les soumettre aux équipes de la Digital Factory qui travaillent ainsi pour le compte de toutes les entités du groupe. "Nous nous engageons à livrer des premiers MVP (Minimum Viable Product) dans un délai très court de 4 mois maximum", insiste Olivier Flous.


Des premiers produits en cours de déploiement

En moins d'un an, la méthode à déjà fait ses preuves. Sept premiers produits ont été développés en des temps records et les premiers sont en cours de déploiement. Une première version d'un nouveau système de contrôle aérien destiné aux drones est ainsi en cours d'expérimentation sur la zone aéroportuaire de Lille, en partenariat avec les services de la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne). Un système de contrôle du trafic aérien intégrant des sources ouvertes, de type météo et hébergé sur un "cloud" sécurisé, est aussi en cours de développement.


Encore plus avancé : le projet d'un système de gestion de pièces de rechange pour les équipements aéronautiques. L'objectif est de répondre aux attentes des compagnies aériennes et de contribuer à réduire une des causes d'immobilisation au sol des avions commerciaux. Il s'agit de créer une marketplace où les compagnies pourront trouver en temps réel la bonne pièce, au bon prix et dans les meilleurs délais. Après une première phase d'expérimentation auprès de 4 premières compagnies aériennes et la mise en place d'un projet pilote à Châtellerault (37), le groupe vient de décider de transférer le projet à Toulouse, où une première équipe de 8 personnes a été mobilisée pour conduire le lancement commercial avec une trentaine de compagnies déjà candidates. Baptisé "PartEdge", ce nouveau service devrait dégager ses premiers revenus dès cet automne 2018.

Innover dans la formation

Outre cette dynamique de projets et l'accélération de start-up dans la cybersécurité, dans le cadre d'un partenariat avec Station F, le campus parisien de start-up - avec déjà une vingtaine de projets accompagnés sur les deux premières saisons - la Digital Factory lance un nouveau grand chantier visant cette fois une offre de formation proposée à l'ensemble de ses salariés. "Nous voulons développer une nouvelle plateforme interne de formation qui permette à la fois de sensibiliser les personnels aux nouvelles technologies numériques et de les accompagner à plus longs termes, dans des parcours de formation à la fois personnalisés et adaptés à nos besoins", explique Jean-Yves Plu, directeur de la nouvelle Digital Factory.

Le tour de France des sites organisé par la Digital Factory a ainsi été mis à contribution. Sous une forme très ludique, un parcours pédagogique a été proposé à tous les salariés du site de Toulouse. A la clef : une première évaluation de leurs attentes et de leurs besoins en termes de formation. 11 ateliers de 3 à 20 minutes chacun leur ont été proposés (culture digitale de base, réalité virtuelle, réalité augmentée, robotique, IoT, cybersécurité, intelligence artificielle, big data...), sous forme de jeux collectifs.

Toutes les informations récoltées permettront d'optimiser les formations et les méthodes de formation de la future plateforme. "Dans des domaines où il est de plus en plus difficile de recruter des personnels, que ce soit en cybersécurité, en big data ou en intelligence artificielle, il est indispensable d'optimiser les parcours internes de formation pour permettre de détecter les talents et de faire monter en compétences nos salariés", insiste Jean-Yves Plu. Après Toulouse, d'autres étapes sont déjà programmées à Valence, dans la Drôme et à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale