La France du numérique, un exemple à suivre

Pour la troisième année, L’Usine Nouvelle et L'Usine Digitale ont sélectionné une centaine de pépites du digital "made in France". Le bilan de nos sélections de 2012 et 2013 montre que ces entreprises, loin de connaître une forte mortalité, continuent de se développer.

Partager
La France du numérique, un exemple à suivre

C’est là, sans aucun doute, le principal enseignement de notre Tour de France du numérique. Loin de stagner ou de dépérir, les pépites du digital s’ancrent dans les territoires, se développent et partent à la conquête de marchés extérieurs. Pour la troisième année, L’Usine Nouvelle et L'Usine Digitale ont sélectionné, région par région, quelque 127 entreprises de cette France du numérique qui émerge peu à peu et qui contribue à renouveler le tissu économique de notre pays. Il est bien sûr trop tôt pour parier sur la longévité de ces pépites. Le bilan de nos deux précédentes sélections montre, toutefois, que ces jeunes pousses ne connaissent pas une trop grande mortalité.

Moins de 3% de perte

Aldebaran Robotics, Isagri, TeamCast, OVH, Inside Secure, Arkane Sudios, SigFox, Emakina, Asobo… En 2012, pour la première édition de La France du numérique, L’Usine Nouvelle avait choisi les Lapins crétins développés par Ubisoft à Montpellier pour illustrer sa une. Sur les 107 entreprises que nous avions présenté cette année-là, 4 seulement ont disparu et 5 ont déménagé, quittant la région qui les avait vu naître pour l’Ile-de-France. L’an dernier, c’est le jeu de courses The Crew, développé par la nouvelle pépite des studios de jeu lyonnais Ivory Tower, qui illustrait la couverture de L’Usine Nouvelle. Disko, Bunkr, Envivio, MC2-Technologies, MonAlbumPhoto, ConcoursMania, Statigram, Pecheru.com… Sur les 100 entreprises que nous avions sélectionné, 2 n’existent plus, 1 a changé de nom et 2 ont déménagé en Ile-de-France.

De belles trouvailles

Cette année, il y a encore de belles trouvailles parmi les 127 pépites de notre sélection. C’est le coq rose stylisé façon origami de la French Tech qui illustre la une de cette France du numérique 2014. On connaitra les premiers bénéficiaires de ce label d’ici la fin de l’année. Il traduit la volonté des pouvoirs publics de développer un écosystème numérique français à renommée internationale. L’enthousiasme suscité dans les grandes métropoles françaises par l’appel à projets French Tech souligne, s’il en était besoin, la richesse d’écosystèmes au grand complet (entrepreneurs, chercheurs, acteurs universitaires, investisseurs publics et privés). Par les temps qui courent, cela ne fait pas de mal de le rappeler. La France du numérique est un exemple à suivre.

Pascal Gateaud

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS