Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"La France, un paradis fiscal", selon Xavier Niel

Face aux étudiants de Sciences Po, Xavier Niel, vice-président et fondateur d’Iliad (Free), a vanté les atouts de la France pour les entrepreneurs. Fiscalité comprise !

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La France, un paradis fiscal, selon Xavier Niel
"La France, un paradis fiscal", selon Xavier Niel © Emmanuelle Delsol

Le 11 octobre, Xavier Niel, PDG fondateur du groupe Iliad, animait une master class face aux étudiants de Science Po sur le thème de la création de start-up. Arguments à l’appui, il s’est fait l’avocat de la France, terre d’entreprenariat, allant jusqu’à qualifier le pays de paradis fiscal. Pour lui, la perception que l’on peut avoir de la fiscalité française n’est pas la bonne.

"On a une fiscalité, vue du reste du monde qui parait absolument délirante. Or, depuis le 1er janvier, la fiscalité sur les plus-values si vous êtes associé dans votre entreprise, est de 23%, elle est inférieure à la fiscalité des plus-values américaines. Et l’image que vous en avez, c’est qu’elle est taxée à 50, 60, 75%." Précisant qu’il ne croyait pas, lui-même, à l’héritage, il a tenu à ajouter une "autre démonstration que la France est un paradis fiscal. Si vous léguez une entreprise, la fiscalité est de 6% ou 7%. Il y a peu de pays où la fiscalité soit si faible pour la cession, le don d'une entreprise à ses enfants en cas de décès."

"entre la folie latine et la rigueur anglo-saxonne"

Le patron de Free n’a pas découragé ceux des étudiants qui avaient envie de compléter leur formation dans la très attirante Silicon Valley. Mais il a appuyé sur l’intérêt d’entreprendre en France. "On est dans un pays formidable. C’est presque ringard de le dire. Vous êtes dans la plus belle ville du monde. Dans un mélange entre la folie latine et la rigueur anglo-saxonne. Ce n'est pas la peine de faire 25 heures d’avion, pour entreprendre."

Il venait tout juste de rappeler, en introduction que "le mot 'entrepreneur' est un mot français. Dans le monde entier, où que vous alliez, ce mot est compris. On a ça dans nos gênes, dans nos racines, dans notre système scolaire, primaire et secondaire. Pour des raisons que je ne connais pas, on a envie d’entreprendre et d’une manière générale de créer des entreprises." Pointant par ailleurs le blocage de l’ascenseur social en France, il a fait l’éloge de l’entrepreneuriat pour le faire redémarrer. "Il n’y a besoin de rien. Il suffit de savoir lire, écrire et compter."

Emmanuelle Delsol

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale