Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La lutte pour le contrôle d'Ubisoft et Gameloft se poursuit entre Vivendi et la famille Guillemot

Le groupe Vivendi mené par Vincent Bolloré continue inéluctablement de monter au capital des deux champions français du jeu vidéo : Ubisoft et Gameloft. Une offensive à laquelle la famille Guillemot, fondatrice des deux entreprises, oppose une lutte acharnée. Cela suffira-t-il ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La lutte pour le contrôle d'Ubisoft et Gameloft se poursuit entre Vivendi et la famille Guillemot
La lutte pour le contrôle d'Ubisoft et Gameloft se poursuit entre Vivendi et la famille Guillemot © DR

La guerre d'attrition pour le contrôle d'Ubisoft et de Gameloft se poursuit entre le groupe Vivendi et les frères Guillemot, fondateurs des deux entreprises de jeux vidéo. Le conflit a débuté le 14 octobre avec la prise de participation par Vivendi de 6,6 % dans Ubisoft et de 6,2 % dans Gameloft. Il n'a fait qu'enfler à mesure que le groupe continuait ses acquisitions. Une stratégie similaire à celle utilisée lors de sa prise de contrôle du groupe Canal+.

 

Un avis de l'autorité des marchés financiers (AMF) publié le 19 novembre révèle que la famille Guillemot a riposté et détient désormais plus de 15,24 % du capital d'Ubisoft et 23,82 % de ses droits de vote, ainsi que 15,24 % du capital de Gameloft et 24,18 % de ses droits de vote. Elle espère par ces rachats d'actions parvenir à résister à une prise de contrôle de Vivendi, qui est désormais le premier actionnaire de Gameloft avec 17,34 % de parts et détient au moins 11,52 % d'Ubisoft.

 

Yves Guillemot, le PDG d'Ubisoft, avait rapidement exprimé son aversion quant aux manœuvres de Vivendi, déclarant fin octobre à la presse qu'il les considère comme hostiles et compte se battre pour que les deux entreprises gardent leur indépendance. A la clé de cette bataille financière se joue l'avenir stratégique et créatif des deux champions français du jeu vidéo, qui craignent l'interventionnisme d'un acteur qui ne comprendrait pas le secteur et ses enjeux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale