Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La SNCF, premier industriel à s'installer au cœur de l'IOT Valley de Toulouse

L'IOT Valley de Toulouse, ce n'est pas que pour les start-up. La SNCF va y installer une équipe pour y explorer le potentiel des objets connectés et des capteurs à vocation industrielle.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La SNCF, premier industriel à s'installer au cœur de l'IOT Valley de Toulouse
La SNCF, premier industriel à s'installer au cœur de l'IOT Valley de Toulouse © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Le bâtiment de l'IOT Valley à Labège, près de Toulouse, affiche presque complet. La start-up Sigfox y est de plus en plus à l'étroit, à mesure qu'elle grandit. Trois demi-étages ne suffisent presque plus : la société attend impatiemment que son futur quartier général sorte de terre, sur le terrain d'en face. En attendant, les places sont chères. Mais à côté des 35 start-up hébergées, un industriel a réussi à se faufiler : la SNCF.

 

Cotoyer les start-up

L'entreprise publique reprend la place occupée jusque-là par la start-up Intesens, qui déménage non loin de là. Une jeune pousse qui (ce n'est pas un hasard) produit des sondes et logiciels pour la surveillance des réseaux… notamment ferroviaires. Sa solution permet notamment de télésurveiller la température des rails ou les mouvements de caténaires, dans une optique de maintenance prédictive. La start-up a reçu au printemps l'un des quatre prix remis par la SNCF lors de son challenge digita. Un facteur qui a sans doute joué dans le choix de la SNCF…. Tout comme la proximité avec Sigfox, qui pourrait devenir l'un partenaire privilégié  ses futures expérimentations.

 

Lancement du Lab "574" toulousain

Dans ce nouvel espace "574" (référence au record de vitesse d'un TGV, flashé à 574 km/h), la SNCF veut donner un coup d'accélérateur à l'innovation. D'abord en immergeant les cheminots dans la culture start-up : beaucoup seront accueillis sur ce lieu de vie pour des formations digitales. Ensuite en expérimentant l'utilisation des objets sur le terrain. "Nous avons des machines qui ont parfois 40 ans et des rails plus de 60 ; on ne peut pas tout remplacer en même temps. Mais on peut installer des capteurs qui vont produire des données et transformer notre façon d'exploiter le réseau", résume Frédéric Burtz, directeur Technologie et Innovation à la SNCF. Des tests seront menés sur le réseau dans la région toulousaine.

 

concentrer ses forces sur le connected Camp

Pour la SNCF, désormais, pas question de s'éparpiller en matière d'innovation. Le Connected Camp de l'IOT Valley est le seul accélérateur qu'il soutient financièrement. "Nous nous soutenons plus d'autres incubateur ou structure de ce type, précise Frédéric Burtz. Sauf celui-ci, focalisé sur l'internet industriel. Nous voulons vraiment rester très proches de notre cœur de métier, avec des solutions qui répondent aux besoins du terrain. Dans les incubateurs généralistes, on ne voyait pas vraiment le retour sur investissement concret pour nous".

 

La SNCF mène d'autres actions en matière d'objets connectés, prévues dans son progrmame #DigitalSNCF: sa direction digitale a lancé un appel à projets en direction des start-up (quatre entreprises ont été retenues sur 200 postulants). Par ailleurs, des espaces 574 seront créés à Paris, Lyon, Nantes et San Francisco sur des thématiques stratégiques pour l'entreprise : big data et machine learning, design, open data et API. La SNCF possède aussi un fonds d"investissement doté d'un capital de 30 millions d'euros sur trois ans.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale