Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La souveraineté numérique, un enjeu majeur de la présidence française de l'Union européenne ?

Le gouvernement français organise une conférence sur la souveraineté numérique, un sujet au cœur de sa présidence de l'Union européenne, les 7 et 8 février 2022. L'occasion de mettre en avant les quatre piliers de cette souveraineté numérique selon le gouvernement : l'innovation, la sécurité, les régulations et les valeurs, l'ouverture. Des annonces devraient être faites autour de l'initiative Scale-up Europe qui vise à faire émerge 10 champions européens de la tech. Un élément crucial de la souveraineté puisque cela permet de favoriser ses réglementations et mettre en avant ses valeurs à l'échelle internationale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La souveraineté numérique, un enjeu majeur de la présidence française de l'Union européenne ?
La souveraineté numérique, un enjeu majeur de la présidence française de l'Union européenne ? © Vie Publique

Dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne, le gouvernement organise les 7 et 8 février 2022 une conférence sur la souveraineté numérique à Paris. Ce sujet est un enjeu fondamental pour le gouvernement et cette conférence est articulée pour parler des différentes étapes qui vont jalonner l'agenda de la présidence française de l'Union européenne sur les questions numériques.

Une discussion autour de la souveraineté numérique
L'idée derrière ce concept de souveraineté numérique est de pouvoir émettre et faire respecter des règles émises par l'UE et mettant en avant les valeurs européennes et la protection des citoyens. L'Europe est le niveau décisif pour y parvenir que ce soit pour parler à des géants qui ont une puissance inédite ou pour faire émerger des champions. Ce dernier sujet est d'ailleurs jugé comme étant essentiel puisque cela permet d'établir et d'imposer plus facilement ses propres règles.

Du côté du cabinet du secrétaire d'Etat au numérique, on assure que ce sujet de la souveraineté numérique est une question dont se saisissent également les partenaires européens que ce soient les Etats membres, la Commission, le parlement, etc.  Ces différents acteurs vont d'ailleurs s'exprimer durant ces deux journées.

La présence d'acteurs privés américains, comme le président de Microsoft Brad Smith, est défendue par le cabinet de Cédric O. "Il est important et enrichissant de pouvoir convier à cette conférence des entreprises concernées par cette régulation [le DMA]. La souveraineté européenne ne se fait pas en autarcie mais en posant nos exigences et nos règles".

Aux côtés de ces acteurs, des ministres d'Etats membres, des parlementaires, des start-up européennes, et bien d'autres seront également présents. Un des objectifs est de parvenir à un diagnostic commun avec les différents acteurs, identifier les enjeux principaux et les façons concrètes d'avancer sur les sujets touchant à la souveraineté numérique. Les deux journées de conférence s'articulent autour de quatre piliers : innovation, sécurité, régulations et valeurs, ouverture.

Cloud, cybersécurité et bien communs numériques
Dans le cadre première journée, des enjeux régaliens seront évoqués.  Les ambitions européennes en matière de cloud seront réaffirmées et des précisions devraient être apportées sur le calendrier de mise en œuvre du plan PIIEC (projet important d’intérêt européen commun) dans le cloud. Celui-ci devrait être doté d'une enveloppe de plusieurs milliards d'euros.

Les enjeux de cybersécurité et de protection des infrastructures numériques et des données seront également évoqués. Une discussion sera menée sur la consolidation d'un socle de normes et de paramètres fondamentaux pour la sécurité des réseaux des systèmes d'informations. Côté cybersécurité, un exercice européen est actuellement mené et doit prendre fin le 21 février : l'utilisation de tous les mécanismes européens de cybersécurité sont simulés ainsi que les mécanismes d'assistance mutuelle et la réponse apportée sur le plan politique.

Enfin, la question de la contribution de l'Union européenne au renforcement de la démocratie et le sujet de l'intégrité des élections sont des sujets essentiels, selon le cabinet du ministère de la Défense. Devrait être évoqué les questions autour du ciblage pour les publicités électorales. Autour de ces sujets de la démocratie, la question des biens communs numériques, comme Wikipedia et Linux, sera évoquée avec le lancement d'une initiative concrète. "L'objectif est de protéger ces biens communs numériques et que l'Union européenne soit un acteur fort de promotion de toutes ces capacités et technologies en usage libre qui viennent contrer la fragmentation d'Internet menée par des acteurs étatiques", explique le cabinet du ministère de la Défense.

Vrai départ de l'initiative Scale-up Europe ?
La deuxième journée est consacrée à l'initiative Scale-up Europe lancée en décembre 2020 et qui regroupe aujourd'hui près de 350 membres. Un des objectifs de cette initiative, fixé par Emmanuel Macron, est de parvenir à faire émerger 10 géants de la tech valorisés à plus de 100 milliards de dollars d'ici 2030 en Europe. Pour cela, le plan Scale-up Europe prévoit d'adapter à l'échelle européenne une partie des mesures prises dans le cadre de la French Tech.

Quatre piliers sont mis en avant de le projet Scale-up Europe : le financement et les levées de fonds ; les innovations de rupture et les deep tech ; les talents ; la relation grands groupes et start-up. Dans le cadre de la deuxième journée de conférence, des annonces seront faites autour des talents, de l'accompagnement des scale-up et de leurs financements, ainsi que sur les deep tech. Ce sera sans doute le point de départ de cette initiative annoncée en décembre 2020 mais autour de laquelle aucune mesure concrète n'a encore été prise.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.