Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"La stratégie d’inclusion numérique va se déclencher pendant tout le premier semestre 2018", Mounir Mahjoubi

Entretien Le baromètre numérique 2017 a révélé que 13 millions de Français ne savent comment utiliser les interfaces digitales. Un vrai frein au développement des services numériques sur le territoire. Le Secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi s’est engagé sur l’inclusion numérique. Il nous explique les grandes lignes sa stratégie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La stratégie d’inclusion numérique va se déclencher pendant tout le premier semestre 2018, Mounir Mahjoubi
"La stratégie d’inclusion numérique va se déclencher pendant tout le premier semestre 2018", Mounir Mahjoubi © Stéphanie Mundubeltz-Gendron/L'Usine Digitale

Comment comptez-vous accompagner les 13 millions de Français qui affirment ne pas savoir utiliser les interfaces digitales, et donc les services publiques online, les sites e-commerce, les réseaux sociaux…?

Mounir Mahjoubi – Cela fait partie du troisième pilier de notre politique : l’inclusion, qui comprend le réseau mobile, avec le très haut débit partout en France, mais aussi les usages et les compétences qui comprennent les compétences universelles des Français, les compétences professionnelles numériques et la formation aux métiers du numériques de demain. Il faut traiter chacun.
Sur les compétences universelles, il convient d’identifier ceux à qui on peut transmettre des compétences pour qu’ils deviennent autonomes, sachant que cela concerne 75 % des 13 millions de Français. En gros, c’est une vingtaine d’heures de formation qui font qu’à la fin, la personne sait utiliser et faire elle-même : tout simplement créer un e-mail, se connecter à une interface, naviguer dans une interface…
 

Comment comptez-vous former ces personnes ?

M. M. Il y a ceux qu’on peut former et ceux qu’on ne peut pas former. Pour ces derniers, il faut qu’on s’assure qu’il y ait bien un lieu d’accueil permanent, universel qui permette de faire pour eux, à leur place, à chaque fois qu’ils en auront besoin. La stratégie d’inclusion numérique (lancée mi-décembre 2017, ndlr) va se déclencher pendant tout le premier semestre 2018 dans chaque département, avec un objectif : réunir tous les opérateurs public, tous les opérateurs sociaux (sécurité sociale, Caf, Pôle Emploi...) pour qu’ensemble ils identifient le profil local des personnes exclues du numérique, la liste des personnes engagées dans l’inclusion numérique, les financements et l’équation de financement du dispositif, avec un pilotage et un suivi de ce dispositif.

Tout le monde devra mettre au pot

Cela passera par le chèque numérique ?

M. M. C’est un test que l’on a lancé en Aquitaine et qui marche bien. La mission société numérique a fait plusieurs tests depuis deux ans, dont celui-ci qui vient de se terminer. La DGFIP (Direction générale des Finances publiques) et les associations locales se sont mises d’accord pour créer ce chèque numérique que l'on peut dépenser dans l’une des associations de la médiation numérique locale. Il n’y a pas de montant : c’est un chèque qui finance une formation de 20h au numérique. In fine, on est à peu près à 10€ l’heure de formation. Donc on sera à peu près de l’ordre de 200€ mais l’important, ce n’est pas le facial. C’est le droit à la formation.
Mais ce n’est pas sûr qu’on aille vers le chèque. D’autres départements ont testé autre chose : une fois que vous êtes orienté par une structure partenaire vers le dispositif, vous êtes pris en charge et c’est tout.
 

Qui va financer ? 

M. M. Tout le monde devra mettre au pot, car tout le monde y a intérêt, même les entreprises privées. Si je suis une grande banque ou une mutuelle, et que j’ai un client face à moi qui ne sait pas utiliser le numérique, j’ai tout intérêt de pouvoir le réorienter vers le dispositif et donc tout intérêt de participer au financement de ce dispositif localement.

A la fin du collège, l’objectif n’est pas que les enfants sachent faire une application sur smartphone, mais qu’ils sachent créer une base de données

Côté Education nationale, l’introduction au code dès les petites classes est-elle une solution pour combler les manques à long terme ?

M. M. La stratégie va des tout-petits aux écoles d’ingénieurs, en rajoutant les nouvelles formations de professionnels de type Grande école du Numérique. Nous avons des discussions avec le ministère de l’Education nationale sur ce qu’on peut faire de plus à l’école : je crois très fort à l’introduction au code. En revanche, je ne suis pas pour qu’il y ait deux heures de codes au CP, mais pour que les enfants face un premier cours de Scratch (logiciel de programmation objet pour les enfants et adolescents, ndlr), par exemple, pour apprendre qu’on peut dire à un robot ce qu’il doit faire et comprendre comment ça fonctionne.

L’introduction au code, c’est aussi une introduction à la manipulation des données, et ça c’est génial, car quand on apprend à le faire, on comprend comment ça se passe quand on est utilisateur. A la fin du collège, l’objectif n’est pas que les enfants sachent faire une application sur smartphone, mais qu’ils sachent créer une base de données, mettre une information dedans, la supprimer, la modifier… pour que ce mode de pensée de circulation des espaces virtuels soit une logique qui les habite quand ils allument un ordinateur, un smartphone…
 

Dernier pilier de votre politique : la cybersécurité. Qu’avez-vous prévu ?

M. M. Cela passe par une stratégie 2018 basée sur la diffusion de compétences de cybersécurité dans les TPE-PME et au grand public. Le Mooc a été lancé, il y a le mois de la cyber où on a annoncé de nouveaux dispositifs et on va continuer en 2018. On va également faire des partenariats avec des entreprises et des syndicats d’entreprise pour aller encore plus loin dans la formation des petites entreprises.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale