Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La transition numérique se met au service du Made in France

Les industriels français ayant su utiliser les technologies numériques dans leurs usines arrivent à conserver leur outil de production en France. C’est le témoignage qu’apportent les intervenants aux Assises de l’industrie organisées à Paris par L’Usine Nouvelle ce 5 novembre.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La transition numérique se met au service du Made in France
La transition numérique se met au service du Made in France © Pascal Guittet

La désindustrialisation, ils ne connaissent pas. En capitalisant sur les technologies numériques, des industriels ont réussi à continuer à produire en France. C’est le cas de la PME Poly Shape, spécialisée dans l’impression 3D de pièces techniques pour l’industrie, venue témoigner dans le cadre des Assises de l’industrie organisées par L’Usine Nouvelle ce 5 novembre.

"Nous avons trois sites, à Paris, Salon-de-Provence et on vient d’en ouvrir un en Aquitaine, se félicite Stéphane Abed, le PDG de Poly Shape. Nous sommes des extrêmes de la localisation, car nous nous plaçons au plus près de nos clients."

Pour la branche européenne de l’américain MeadWestVaco, le passage au numérique s’est traduit par une profonde transformation des méthodes de travail. Ce fabricant d’emballages en carton, dont l’usine française est basée à Châteauroux (Indre), a développé avec Dassault System un logiciel complet de simulation du packaging pour accélérer ses processus de conception.

Un an de moins pour concevoir un produit

"Avant, nous partions de modèles réels, ce qui était compliqué et long. Il fallait 18 mois pour définir un produit jusqu’à le retrouver dans les linéaires des supermarchés, explique Gérard Louret, directeur général Mead Europe Engineering de MeadWestVaco. Nos clients ont demandé plus de réactivité et nous avons voulu réduire ce délai à six mois."

Le nouvel outil de "carton design", en permettant d’échanger rapidement et de manière collaborative sur un nouveau produit, l’a permis. Résultat, le site de Châteauroux a pris de l’importance dans le groupe. "Le développement était fait dans tous les pays du monde, il a depuis été centralisé à Châteauroux", souligne Gérard Louret.

Cette initiative, qui a tapé dans l’œil de l’actionnaire américain de MeadWestVaco, se révèle cruciale pour conserver la production en France. Mais cela demande, de la part des chefs d’entreprise, un véritable engagement pour transformer leurs modèles.

Un véritable engagement vers la transformation numérique

"Si MeadWestVaco avait voulu réduire ses délais de 18 mois à seulement 15 mois, ils ne seraient peut-être pas venus nous voir", constate Philippe Bartissol, vice-président équipements industriels de Dassault Systems.

Pour Frédéric Lorscheider, le senior vice-président de Thales Alenia Space, la chaîne numérique est devenue un point majeur. "Une production moderne est indissociable de l’ingénierie numérique", assure-t-il.

Le fabricant de satellites prend pour exemple son logiciel permettant de maîtriser l’ingénierie des systèmes complexes, mais aussi ses capacités de simulation de haute performance pour expliquer le fait qu’il produise toujours en France et en Europe, dans un marché pourtant très concurrentiel.

La numérisation de l’industrie traditionnelle se révèle donc un véritable atout pour ceux qui s’y investissent. Pourtant, selon Philippe Bartissol de Dassault Systems, les industriels français ont encore des progrès à faire et demeurent trop prudents. "On ressent la volonté de passer au numérique, mais pas autant que chez nos clients coréens ou chinois, qui décident d’aller vers des plateformes complètes et de prendre un avantage compétitif", prévient-il.

Arnaud Dumas

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale