Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Le Brexit peut gripper la belle mécanique de l'écosystème de start-up", selon le coordinateur de la French Tech Londres

Entretien Albin Serviant, est un entrepreneur français installé à Londres. Il est CEO d'Easyroommate et coordinateur de la French Tech Londres lancée le 14 avril par Axelle Lemaire et Emmanuel Macron. Selon lui, si la belle mécanique de l'écosystème de start-up de la capitale britannique pourrait se gripper après le Brexit voté ce 23 juin, son attractivité n'en sera pas entamée…

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Brexit peut gripper la belle mécanique de l'écosystème de start-up, selon le coordinateur de la French Tech Londres
"Le Brexit peut gripper la belle mécanique de l'écosystème de start-up", selon le coordinateur de la French Tech Londres © Easyroommate

L'Usine Digitale : En tant qu'entrepreneur installé à Londres et coordinateur de la French Tech à Londres, quel est votre réaction à chaud sur le Brexit ?

 

Albin Serviant : Le mot qui domine ce matin, c'est l'incertitude. On ne connait pas les modalités de sortie de l'Europe ni les délais, mais ce qui est sûr c'est que l'environnement ne va pas être facile pour les entrepreneurs installés à Londres, qu'ils soient britanniques, français ou autres. Car l'instabilité entraine la frilosité et des comportements conservateurs. Des décisions d'investissement vont être retardées, les levées de fonds se feront moins rapidement… tout cela pourrait gripper la belle mécanique de soutien aux start-up qui plait tant ici, et ralentir la croissance.

 

Et au-delà de ces aspects financiers ?

Dans le secteur de la Tech cette décision n'est bonne pour personne. Le Brexit va mettre des bâtons dans les roues des entreprises anglaises dans leur accès au gigantesque marché qu'est l'Europe, et pour les entrepreneurs européens, le Royaume-Uni est un gros marché anglo-saxon, ce qui constitue une opportunité considérable. On y côtoie la culture du risque, l'accès au capital est plus facile ici que partout ailleurs sur le continent et Londres est un bassin de talents internationaux incroyable… Il serait dommage pour toutes les start-up européennes de ne plus pouvoir en bénéficier aussi facilement.

 

Pensez-vous que moins d'entrepreneurs français vont traverser la Manche ?

Depuis que nous avons lancé la French Tech Londres, j'ai au moins une dizaine de contacts par mois, et je ne pense pas que cela va diminuer. Brexit ou pas : la fluidité du marché du travail demeurera attractive et l'Angleterre restera parfaite pour se lancer à l'international. L'écosystème est très compétitif mais cela tire tout le monde vers le haut et Londres est et sera toujours le meilleur endroit pour se préparer à attaquer le marché américain. On ne vient pas au Royaume-Uni pour la sécurité...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale