Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le CeBIT 2015 met en vedette les start-up de l’Internet des objets

Le salon des technologies numériques CeBIT, à Hanovre, braque cette année le projecteur sur l’Internet des objets dans la santé, l’automobile, la logistique ou encore l’industrie. Avec un programme spécifique pour l’écosystème de start-up innovantes dans ce domaine.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le CeBIT 2015 met en vedette les start-up de l’Internet des objets
Le CeBIT 2015 met en vedette les start-up de l’Internet des objets © CeBIT

D!conomy. C’est le mot-clé et le thème phare du CeBIT 2015, le plus grand événement au monde consacré aux technologies numériques, qui se déroule à Hanovre, en Allemagne, du 16 au 20 mars 2015. Il a été choisi par l'organisateur Deutsche Messe pour traduire la transformation digitale à l’œuvre dans l’ensemble de l’économie. "La numérisation généralisée est de plus en plus prégnante dans l’environnement professionnel et social, justifie Oliver Frese, membre du directoire de Deutsche Messe. Les technologies de l’information font évoluer considérablement les modèles économiques existants, tout en favorisant l’émergence de modèles totalement nouveaux. Elles sont aujourd’hui en mesure d’insuffler un grand dynamisme à des pans entiers de l’économie, et c’est cette évolution dont témoigne la d!conomy ".

Cette transformation est tirée par les fameux SMACS (Social, Mobility, Analytics, Cloud computing, Security) que sont les réseaux sociaux, les mobiles, l’analytique et le Big Data, l’informatique à la demande et la cybersécurité. Ces technologies clés tendent à s’imbriquer, démultipliant l’impact du numérique dans toutes les fonctions de l’entreprise, du service client à la chaîne logistique, en passant par les ressources humaines, le marketing, la R&D ou la production.

L'internet des objets au coeur d'Industrie 4.0

Selon Dieter Kempf, président du Bitkom, le syndicat professionnel du numérique en Allemagne, la révolution digitale ne s’arrête pas aux services ou aux acteurs des technologies de l’information. " Elle s’empare à grande vitesse du noyau de l’économie : l’industrie ", avance-t-il. Avec pour résultat d’ouvrir l’ère de l’industrie 4.0, un thème très en vogue en Allemagne. L’Internet des objets figure au cœur de cette révolution. L’objectif est d’exploiter les technologies de communication machine-to-machine (M2M) pour mettre la production en réseau. L’exploitation des données issues des machines connectées par le Big Data ouvre des perspectives inédites d’amélioration de la conception, de la production ou de la logistique. L’automobile fournit un bel exemple de ce potentiel avec la voiture connectée.

Les start-up constituent un moteur important d’innovation dans l’Internet des objets. Elles sont près de 400 à être présentes cette année. Le concours " CODE_n ", organisé par Deutsche Messe, met en avant 15 finalistes, dont deux start-up françaises : ComThings, une société niçoise qui développe des solutions pour le contrôle des objets dans la maison à partir d’un smartphone, et Wicross, une société basée à Versailles et qui développe une plateforme sociale dédiée aux objets connectés.

600 entreprises chinoises sur les 3400 exposants

Le salon, qui accueille près de 3400 exposants de quelque 70 pays, dont 26 français, met cette année la Chine à l’honneur, avec pas moins de 600 entreprises de ce pays. Cette édition est marquée par le retour de grands noms comme Alcatel-Lucent, Amazon Web Services, Schneider Electric ou encore Konica Minolta, et l’arrivée pour la première fois de Tesla, pionnier de la voiture connectée.

Le CeBIT 2015 sera inauguré ce dimanche 15 mars par la chancelière allemande, Angela Merkel, et le PDG-fondateur du géant chinois de l’internet Alibaba, Jack Ma. Parmi les intervenants aux conférences figurent l’économiste américain spécialiste de l’Internet, Jeremy Rifkin, le secrétaire général adjoint des Nations Unis, Jamie Shea, le directeur marketing de Samsung, Won Pyo Hong, le PDG du groupe indien de services au numérique Infosys, Vishal Sikka, ou encore le cofondateur du tigre chinois des mobiles Xiaomi, Lei Jun.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale