Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le CNNum veut aborder le numérique comme un fait de société et non plus un sujet technique

Une nouvelle mandature du Conseil national du numérique (CNNum) est nommée pour deux ans. A cette occasion, ses coprésidents revoient sa feuille de route pour aborder le numérique sous un prisme anthropologique. L'idée est de réfléchir sur la façon dont le numérique transforme la société et non plus de produire des avis d'expert sur des sujets techniques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le CNNum veut aborder le numérique comme un fait de société et non plus un sujet technique
Le CNNum veut aborder le numérique comme un fait de société et non plus un sujet technique © Unsplash - Scott Graham

Un numérique en quête de sens. Une nouvelle page du Conseil nationale numérique (CNNum) s'ouvre avec la présentation de la nouvelle mandature, nommée pour deux ans, ce jeudi 11 février 2021. Le mot d'ordre n'est plus de produire des avis d'expert sur des sujets techniques, mais de de faire émerger une pensé collective et des réflexions autour des effets des nouvelles technologies et du numérique sur la société.

Le CNNum doit élaborer sa feuille de route
A la manœuvre, les co-présidents Françoise Mercadal-Delasalles et Gilles Babinet. La première est directrice générale du Crédit du Nord depuis mars 2018. Elle explique avoir tenté d'amener et d'acculturer des organisations bancaires à la transition numérique pendant plusieurs années. Gilles Babinet, quant à lui, est un entrepreneur qui se décrit comme un autodidacte passionné de nouvelles technologies et des questions politiques et sociales d'ordre général.

"Les sujets prioritaires ne sont pas encore définis, cela sera l'objet des premières réunions. Il faut d'abord poser la problématique […] puis détailler les sujets", affirme Françoise Mercadal-Delasalles. Le CNNum "change de méthode, abonde Gilles Babinet. Il n'aborde pas le numérique comme un sujet technique mais comme un fait de société".

Contrairement aux conseils précédents qui comptaient de nombreux experts techniques dans leurs rangs, cette mandature s'est tournée vers le monde académique afin d'étudier ce que fait le numérique au monde. Philosophes, sociologues, psychologues, juristes, informaticiens, etc. font parties des membres. Une réflexion sera menée afin de trouver les clés pour que le numérique ne soit pas subit et que cette transformation puisse bénéficier à tous. Le nouveau CNNum s'appuie sur un nombre réduit de membres puisque la mandature passe de 30 à 21 membres, dont quatre parlementaires.

Les nouveaux membres

  • Anne Alombert : enseignante-chercheuse en philosophie à l'Université Catholique de Lille, au sein de la chaire "Ethique, technologie et transhumanismes".
  • Adrien Basdevant : avocat de formation il a fondé un cabinet dédié à l'innovation, aux données et à la société ainsi que le média en ligne Coupdata.
  • Justine Cassell : linguiste et psychologue de formation elle travaille sur les interactions entre humaines et machines au sein de l'institut de recherche interdisciplinaire en intelligence artificielle PRAIRIE.
  • Jean Cattan : ancien conseiller du président de l'Arcep.
  • Gilles Dowek : informaticien et logicien il est diplômé de Polytechniquen chercheur à l'Inria et professeur à l'Ecole normale supérieure de Paris Saclay.
  • Elisabeth Grosdhomme : est diplômée de l'ENS, de Sciences Po Paris, de l'ENA et agrégée de lettres moderne. Elle dirige Paradigmes et caetera, une société d'études et de conseil consacrée à la prospective et l'innovation.
  • Rahaf Harfoush : consultante en stratégie, anthropologue du numérique et auteure de plusieurs  ouvrages.
  • Tatiana Jama : entrepreneuse à la tête de la start-up levia.ai qui est spécialisée dans la création d'outils d'intelligence artificielle conversationnels.
  • Olga Kokshagina : chercheuse en management de l'innovation au seon de la Graduate School of Business and Law l'Institut royal de technologies de Melbourne (RMIT).
  • Alexandre Lacroix : écrivain et directeur de la rédaction de Philosophie magazine.
  • Jean-Pierre Mignard : avocat pénaliste, docteur en droit pénal et fondateur du cabinet Lysias.
  • Dominique Pasquier : directrice de recherche émérite au CNRS et membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) de l'Université de Paris.
  • Eric Salobir : fondateur du réseau OPTIC qui vise à promouvoir le développement des technologies au service de l'humain et du bien commun.
  • Serge Tisseron : psychiatre, docteur en psychologie avec l'Habilitation à Diriger les Recherche (HDR), membre du CRPMS.
  • Joëlle Toledano : professeure émérite en économie, associée à la Chaire "Gouvernance et Régulation" de l'Université Paris-Dauphine et membre de l'Académie des Technologies.
  • Jean-Marc Vittori : journaliste économique et éditorialiste.
  • Jean-Michel Mis : député de la deuxième circonscription de la Loire et membre du CNNum depuis 2019.
  • Constance Le Grip : députée des Hauts-de-Seine et membre du CNNum depuis 2019.
  • Martine Filleul : sénatrice titulaire d'une maîtrise de lettres modernes et d'un DEA en sociologie urbaine
  • Patrick Chaize : sénateur de l'Ain et membre du CNNum depuis 2019.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.