Le CNNum veut mettre le numérique au cœur de l'élection présidentielle

A l'heure de la propagation des fake news et de l'importance toujours croissante du numérique dans la vie quotidienne, le Conseil national du numérique (CNNum) appel les candidats à l'élection présidentielle à se saisir du sujet. Il dépasse largement le cadre purement technique pour le Conseil et doit être vu à la lumière de la société. Quatre grands thèmes sont abordés : le savoir, l'attention, la vérité et la démocratie. Le but est d'étudier par ce prisme les perturbations entraînées par la révolution numérique et les opportunités qu'elle présente.

Partager
Le CNNum veut mettre le numérique au cœur de l'élection présidentielle

Le Conseil national du numérique (CNNum) appelle les candidats à l'élection présidentielle à se saisir du numérique et faire entrer le sujet dans les débats. Un appel lancé à l'occasion de la parution de son ouvrage "Civilisation numérique. Ouvrons le débat !" le 16 février 2022. Quatre grands thèmes y sont abordés : le savoir, l'attention, la vérité et la démocratie. Ils visent à analyser les perturbations entraînées par cette révolution technologique, mais aussi les opportunités considérables qu'elle rend possibles.

Politiser le sujet du numérique
"Cette révolution technologique massive que nous sommes en train de vivre devrait entraîner une évolution du droit privé mais également constitutionnel, changeant nos façons de faire société", assure Françoise Mercadal-Delasalles, co-présidente du CNNum. Depuis le début, cette nouvelle mandature du CNNum nommée en février 2021 cherche à faire émerger une pensée collective et des réflexions autour des effets des nouvelles technologies et du numérique sur la société. Un changement de position du CNNum qui auparavant rendait des avis d'experts sur des sujets techniques.

La révolution numérique a entraîné toute une série de perturbations d'ordres économiques, psychologiques et sociologiques. Mais "le numérique apporte aussi des opportunités considérables à mettre au service du développement de l'humanité et de la planète", affirme Françoise Mercadal-Delasalles. Il faut analyser ces perturbations et faire des propositions. D'où l'importance replacer le numérique dans le débat et de recueillir le point de vue des candidats à l'élection présidentielle. "Il est important de politiser ce sujet", assure-t-elle.

Favoriser l'enseignement du numérique
"Le déploiement brut des données et la multiplication de l'information accessible à tous n'est pas le savoir", déclare Françoise Mercadal-Delasalles. A l'inverse, cela peut conduire à fabriquer beaucoup de déséquilibres. Si l'histoire a montré qu'il y a un décalage entre le déploiement d'une nouvelle technologie et la capacité des gens à la comprendre, il est nécessaire de tout mettre en œuvre pour permettre une meilleure appréhension du numérique. Le CNNum aimerait que soit mis à disposition de tous les citoyens les savoirs nécessaires à l'appropriation de cette révolution numérique. "Il faut absolument développer l'enseignement de la culture scientifique et technique à l'école dès le plus jeune âge", résume Françoise Mercadal-Delasalles.

Au-delà des savoirs essentiels, l'école doit "véhiculer une culture de la modernité", abonde Gilles Babinet, co-président du CNNum. Il est essentiel d'apprendre à se servir des outils informatiques, mais aussi que tout ce qui est lu en ligne n'est pas la vérité. "Il ne faut pas sortir les outils numériques de l'école, mais au contraire les y inclure et utiliser le numérique comme un outil pédagogique qui renouvelle la façon d'enseigner et l'envie d'apprendre", ajoute Françoise Mercadal-Delasalles. D'autres recommandations du CNNum sur cette thématique du savoir concernent l'apprentissage tout au long de la vie et le développement de solutions locales répondant aux problèmes rencontrés.

Eviter les 'bulles cognitives'
Le thème de l'attention vise à comprendre l'impact du déploiement des outils numériques sur l'attention. Un sujet d'autant plus important que le modèle des plateformes et des réseaux sociaux repose sur la captologie et le fait de créer une dépendance. Le CNNum recommande de renforcer le droit à l'information sur ces dispositifs de captation ainsi que les droits au paramétrage et à l'interopérabilité entre plateformes. "La portabilité dans la banque et les télécoms existe déjà", affirme Françoise Mercadal-Delasalles pour qui il n'y aucune raison que les plateformes échappent à cela.

L'idée derrière ces recommandations est d'éviter la création de 'bulles cognitives' qui enferment les gens dans des silos et réduisent l'esprit critique. "Ce débat autour de l'influence que peuvent avoir ces plateformes sur notre perception de la réalité est quelque chose de très actuel", abonde Gilles Babinet. La dernière recommandation du CNNum dans ce domaine vise d'ailleurs à favoriser la création de réseaux ouverts qui permettraient de partager au maximum des contenus, l'émergence de nouveaux médias numériques.

La vérité et la démocratie à l'heure des fake news
Concernant la thématique de la vérité, le CNNum recommande d'améliorer le contrôle et la régulation. Il est également essentiel de favoriser la coopération entre les Etats sur ces sujets et de mettre l'accent sur la compréhension des mécanismes psycho-sociaux à l'origine du déploiement de thèses fausses et de croyances. "Dénoncer simplement ceux qui propagent de fausses informations et mépriser ceux qui y croient n'est pas la solution", affirme Françoise pour qui il faut "s'atteler à de la recherche pour comprendre ces phénomènes et adapter le discours politique".

"Le déploiement des réseaux a largement perturbé l'exercice démocratique"
, ajoute-t-elle. Ce phénomène, effectivement inquiétant, doit être mis au cœur du débat public. "Le numérique n'est pas à l'origine de cet affaiblissement démocratique, mais est l'outil qui permet son déploiement beaucoup plus rapidement et profondément dans la société", tempère-t-elle. Le CNNum demande à ce que l'Etat ouvre plus encore ses données pour favoriser la co-construction des services d'intérêt général et l'émergence de solutions concrètes émergeant d'initiatives locales.

La thématique du numérique déborde largement le cadre des sujets autour de la souveraineté numérique et de la création de champions. Le CNNum souhaite que les candidats s'en emparent pour exprimer leur position en pensant le numérique comme un sujet de société et d'anthropologie.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS