Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le franc-comtois Sermap lance son robot racleur de fumier

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le franc-comtois Sermap lance son robot racleur de fumier
Le franc-comtois Sermap lance son robot racleur de fumier

Véritable casse-tête des éleveurs, le nettoyage du lisier des étables sera bientôt facilité avec le tout nouveau robot racleur mis au point par Sermap (12 millions d’euros de chiffre d’affaires, 80 salariés). L’entreprise franc-comtoise de Pierrefontaine-les-Varans (Doubs), rachetée en octobre 2011 par l’industriel Gilles Devillers et spécialisée dans le machinisme agricole, lance la commercialisation du Mirobot, seul produit de son marché à pouvoir traiter les fumiers pailleux. "Les quatre ingénieurs et dessinateurs de notre bureau d’études ont travaillé une année sur cette innovation et nous avons ensuite testé le prototype durant un an et demi", indique Ghislain Hubert, responsable du service après-vente chez Sermap. Alimenté à l’électricité, ce robot racleur bénéficie d’une autonomie allant jusqu’à dix nettoyages par jour. Il peut travailler grâce à ses bras interchangeables de 2,5 mètres à 5,5 mètres.

Très sécuritaire pour les animaux, il n’avance que de quatre mètres par seconde et s’arrête au moindre contact avec eux grâce à un détecteur intégré. "Les grandes difficultés que nous avons rencontrées consistaient à le doter de la puissance nécessaire pour racler et pousser un fumier pailleux, beaucoup plus lourd qu’un simple lisier, et à lui procurer l’adhérence au sol nécessaire", explique Ghislain Hubert. La distribution du Mirobot, au prix de 15 000 euros l’unité, se fera par le biais du réseau de 400 concessionnaires, dont 300 en France, dont dispose le fabricant. "L’attente est forte et nos premiers retours suite à des salons spécialisés se révèlent très positifs", souligne le responsable SAV. Une évolution de l’appareil, en cours de développement, lui offrira à terme un autre avantage compétitif. Il pourra emprunter les courbes et épouser ainsi parfaitement la configuration de la plupart des étables. 

Didier Hugue

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale