Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le gouvernement a peur de la consommation collaborative qui séduit tant les Français

Les Français consomment de plus en plus souvent sur des sites collaboratifs, au grand dam du ministère des Finances qui craint de voir une partie de ses recettes fiscales s'envoler. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le gouvernement a peur de la consommation collaborative qui séduit tant les Français
Le gouvernement a peur de la consommation collaborative qui séduit tant les Français © D.R.

La consommation collaborative conquiert de plus en plus les Français, qui font attention à leur portefeuille... crise oblige. "Mais ils veulent aussi plus largement donner du sens à leurs achats, ils sont plus attentifs au gaspillage", souligne François Momboisse, le président de la Fevad, lors de la présentation des résultats 2014 des sites de vente en ligne le 27 janvier. Une partie non négligeable de ces plates-formes ont choisi un modèle participatif, à l'image du champion tricolore du partage de véhicule Blablacar.

35% des e-acheteurs ont consommé collaboratif au moins une fois en 2014. Ils n'étaient que 20% l'année précédente, souligne l'étude "Les Perspectives d'achat sur Internet en 2015" réalisée par la Fevad et le CSA, dévoilée le 27 janvier. 60% des personnes interrogées dans ce cadre prévoient de consommer participatif en 2015.

Les ventes directes en plein boom

"La vente directe et notamment les achats groupés directement par Internet (fruits et légumes…) est le mode de consommation qui bénéficie de la plus forte progression (7% des e-acheteurs l'ont utilisé en 2014 et 31% l'envisagent en 2015)", soulignent les auteurs du document.  D'autres types de consommations collaboratives sont aussi fréquemment envisagées pour l'année prochaine, comme la location de logements entre particuliers (+35% par rapport à 2014) ou le covoiturage (+26%).

L'appétence des Français pour le participatif est telle que le ministère des Finances, qui surveille ses recettes fiscales comme le lait sur le feu, commence à s'en inquiéter. "La Fevad travaille beaucoup avec les pouvoirs publics, le fisc examine de près les chiffres du secteur de l'économie collaborative", indique François Momboisse.

Une offre pas encore totalement structurée

Les autorités tentent de limiter son développement dans les secteurs clefs de l'économie tricolore, comme le tourisme : la ville de Paris réfléchit actuellement à mettre en place une taxe d'hôtellerie, à laquelle seraient soumis les utilisateurs du site Airbnb.

Mais ces intentions de consommer collaboratif pourraient bien, comme ce fut le cas en 2014, ne pas se transformer concrètement en acte d'achat. Une partie des consommateurs ne trouvent pas ce qu'ils cherchent sur Internet, car l'offre ne correspond pas encore totalement à la demande : elle n'est pas encore suffisamment structurée, soulignent les auteurs de l'étude.  

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Simon
27/05/2015 15h48 - Simon

Aujourd'hui, 8 français sur 10 déclarent qu'il est plus important d'avoir accès à un service/un bien plutôt que le posséder. Les mentalités évoluent ! Ce n'est pas donc surprenant qu'un tel marché se développe et que l'on finit par se tourner vers des marques comme PLACEdelaLOC.com ou Airbnb... Bien plus qu'un effet de mode selon moi !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

RUWE
03/06/2015 09h51 - RUWE

Bonjour, D'accord avec vous. Mais ce qui me semble vraiment intéressant aujourd'hui, ce sont ces communautés qui se créent par grande ville, comme c'est déjà beaucoup le cas sur les pages FB (avec les Bons Plans Paris, Bons Plans Lyon etc...) Apparemment Place de la Loc est en train de s'en inspirer : http://www.we-are-green.com/place-de-la-loc-debarque-en-metropoles/ , affaire à suivre donc mais ça peut marcher

Signaler un abus

brunovane
17/03/2015 14h17 - brunovane

Peut-on vraiment attirer les abeilles avec du vinaigre? Visiblement ça surfe sur la vague collaborative et le partage qui est PLUS qu'une excellente idée quand ça ne coûte rien à personne mais c'est souvent du commerce collaboratif et là on n'est plus dans la même notion! Par exemple le stockage entre particuliers c'est à vos risques et périls, pour le même prix qu'un pro si ce n'est pas plus car il faut bien que l'intermédiaire prenne sa com 20%! Et le service en moins bien sûr ! pour connaître le coût d'un garde meuble Box de stockage sur Nantes

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media