Le gouvernement veut accélérer l'introduction en bourse des licornes de la French Tech

10 licornes introduites en bourse à Paris d'ici 2025 dont deux avec une capitalisation de plus de 5 milliards d'euros. Le nouvel objectif fixé par le gouvernement à l'écosystème de la French Tech est ambitieux. Pour cela un accompagnement va être proposé jusqu'à l'IPO et au-delà.

 

Partager
Le gouvernement veut accélérer l'introduction en bourse des licornes de la French Tech

La French Tech ne doit pas s'arrêter de grandir. Après les licornes et les décacornes, le gouvernement souhaite que les introductions en bourse s'accélèrent. Le nouvel objectif ? 10 licornes introduites en bourse à Paris d'ici 2025. Dont deux avec une capitalisation de plus de 5 milliards d'euros. De nouveaux objectifs dévoilés par Jean-Noël Barrot, le ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, à l'occasion du Campus Tech Leaders, organisé par Euronext le mercredi 23 novembre 2022.

"Cette étape-clé de leur développement doit être accompagnée par des investisseurs et des analystes de qualité, déclare Jean-Noël Barrot. La conjoncture étant actuellement dégradée, c’est bien un chantier de long terme que nous lançons, avec des résultats à évaluer d’ici plusieurs années."

Un accompagnement et des financements

Jean-Noël Barrot promet "un accompagnement la French Tech pour les entreprises dans leur processus d'IPO" ainsi qu'un soutien après leur entrée en bourse. Les relations avec l'administration seront maintenues dans la durée avec les entreprises technologiques cotées. La Mission French Tech va également poursuivre son travail de sensibilisation sur ce sujet. Et "le gouvernement va fortement inciter les fonds d’investissement à se doter de spécialistes et d’analystes dédiés à la tech cotée", ajoute Bercy dans un communiqué.

"En changeant et en simplifiant la loi, avec un Listing Act Européen, en autorisant les droits de vote multiples, et en permettant la double cotation pour les entreprises qui souhaitent être à la fois cotée en Europe et dans le reste du monde Euronext", Jean-Noël Barrot pense favoriser encore plus l'éclosion de nouvelles sociétés cotées sur le marché boursier français. L'idée derrière ces changements législatifs est de permettre à l'équipe dirigeante des licornes françaises de conserver le contrôle effectif de leurs entreprises après leur cotation, comme pour les entreprises non cotées.

Pour aider les start-up à se développer et réaliser leur introduction en bourse, l'Etat entend se doter d'outils pour soutenir certaines opérations. Le gouvernement entend s'appuyer sur une enveloppe pouvant atteindre plus d'un milliard d'euros : Bpifrance dispose de 500 millions pour investir dans les start-up dans le cadre de leur introduction en bourse, la Caisse des Dépôts prévoit une enveloppe de 300 millions d'euros, et le tout pourra être complété jusqu'à 500 millions d'euros avec des mécanismes de plus France 2030.

De premières introductions en bourse

"Je suis à leurs côtés pour que Paris, première place financière européenne, devienne aussi la première place de financements des start-up", déclare Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, dans un communiqué. Pour l'instant, les dernières introductions en bourses sont celles de Deezer, Believe et OVH. La plateforme de streaming musical a fusionné avec I2PO, le SPAC de Iris Knobloch, François-Henri Pinault et Matthieu Pigasse. La pépite du Next40, qui a été l'une des premières licornes de la French Tech a généré un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros en 2021 et entend passer à l'étape supérieure avec cette introduction en bourse pour atteindre 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2025.

Avant elle, la French Tech avait vu les introductions en bourse d'OVHcloud et de Believe qui est spécialisé dans l'accompagnement des artistes et des labels. Microoled, spécialiste des micro-écrans OLED notamment utilisés dans le marché en croissance des lunettes connectées, a présenté un projet d'introduction en bourse en début d'année avant de finalement le mettre en parenthèse. Preuve que ce sujet est complexe d'autant plus en cette période où les valorisations des entreprises technologiques sont fluctuantes.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS