Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le jeune français Eliott Sarrey primé à la Google Science Fair

Le jeune français Eliott Sarrey, sélectionné pour la finale de la Google Science Fair, obtient le prix Incubator award réservé aux 13-15 ans. Il emporte 10 000 dollars et un an de mentorat par un scientifique de haut niveau.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le jeune français Eliott Sarrey primé à la Google Science Fair
Le jeune français Eliott Sarrey primé à la Google Science Fair © Emmanuelle Delsol

En cette soirée du 21 septembre, chez Google à Mountain View, Eliott Sarrey est tout sourire. Son père Michaël est à la fois fier et sonné. À 14 ans, son fils vient de remporter l’Incubator Award de la Google Science Fair, doté de 10 000 dollars et d’une année de mentorat. Une porte-parole de Google explique que l’entreprise choisira un scientifique de haut niveau spécifiquement pour l’accompagner durant ces douze mois.

 

Le matin, l’adolescent ne semblait que peu impressionné au sein du GooglePlex, cœur des gigantesques bureaux californiens de Google. C’est là que s’est déroulée la finale du concours de science et technologie destinée aux 13-18 ans du monde entier organisé par Google. Eliott Sarrey est un des 22 finalistes. À l’invitation du géant de la Silicon Valley, il est venu présenter son robot jardinier à un jury de scientifiques de haut niveau.

 

La création de la jeune vedette française (depuis sa sélection pour cette finale) "sait biner, arroser, repiquer, percer des trous", comme il ne se lasse pas de le réexpliquer. Il met volontiers en route le robot pour le prouver, même s’il est déçu de ne disposer que d’un stand restreint et non du petit jardin qui permettrait à son robot de vraiment s’exprimer, plutôt que de tourner à vide. Heureusement, derrière lui, tourne en boucle la vidéo tournée par TF1 cet été. La chaîne est d’ailleurs revenue voir Eliott pour cette finale.

 

une fraiseuse à la maison…

Le jeune garçon ne se dit "pas forcément bon en science ou en technologie", avant d’ajouter "mais nous avons une fraiseuse à la maison!" Tout est dit. Son père, ingénieur chez Saint-Gobain, confirme en plaisantant : "ce n’est pas une fraiseuse industrielle, mais un outil de passionné. Bien sûr, ce n’est pas donné, et si on préfère une grosse voiture, ce n’est pas évident. Mais si on a une plus petite voiture, ça va." Puis il ajoute un grand sourire aux lèvres : "J’installe des robots dans les usines, et j’adore la robotique".

 

Le terreau était donc favorable pour Eliott ! Beth Moses, ingénieure aérospatiale, instructeur en chef des astronautes et responsable des programmes en cabine chez Virgin Galactic et membre du jury insiste : "Moi non plus, je n’étais pas bonne en maths. Je suis très impressionnée. Eliott est un self made ingénieur. Il a une excellente vision holistique de son projet. Il a conçu l’ensemble avec une vision, pas seulement assemblé les différentes parties."

 

… et une imprimante 3D

La famille Sarrey a récemment investi dans un nouveau jouet, une imprimante 3D. Elle a permis au jeune homme de réaliser un jardin miniature pour ses démonstrations en espace restreint. Une fraiseuse, une imprimante 3D, quelques planches, un peu d’électronique, des cours sur Internet, et Eliott a pu designer son robot et le monter. En trois mois. "J’ai toujours un tas d’idées, comme un robot pour ranger des casiers dans ma chambre, ou un robot poubelle avec télécommande, mais d’habitude je n’arrive jamais à finir les projets," raconte le jeune inventeur de robot. Le concours Google lui a été non seulement permis d’en terminer un, mais aussi de séduire Google et un aréopage de scientifiques de haut niveau.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media