"Le marché de la cybersécurité est en train de se structurer", selon Guillaume Rochard de PwC

Selon Guillaume Rochard de PwC, co-auteur d'une étude sur les opérations de fusions et acquisitions dans les industries d'aéronautique, de défense et de sécurité, les entreprises cherchent avant tout à se renforcer dans les domaines de la cybersécurité, du renseignement et de la surveillance.

Partager

L'Usine Digitale - Dans le secteur de l'aéronautique et de la défense, le rythme des fusions/acquisitions a-t-il retrouvé un rythme normal après la chute de 2013 ?

Guillaume Rochard - En 2014, notre étude dénombre plus d'une cinquantaine de transactions supérieures à 50 millions de dollars totalisant une valeur estimée de l'ordre de 21,8 milliards. Après la baisse de 2013, cela représente une augmentation en un an de près de 30% en nombre et de 60% en valeur. C'est un niveau légèrement supérieur à la moyenne des dix dernières années. L'Amérique du Nord est la région la plus dynamique et totalise les deux tiers de ces transactions. Cette année a donné lieu à plusieurs méga-deals dans la cybersécurité et le cyber renseignement comme le rachat de Tasc par Engility pour 1,3 milliards de dollars.

Quelles grandes tendances avez-vous observé ?

Clairement, les sociétés du secteur essaient de se positionner ou de se renforcer sur le marché du "homeland security", soit les domaines de la cybersécurité, du renseignement et de la surveillance. Plus de la moitié des transactions du dernier trimestre 2014 ont porté sur ces domaines qui sont stratégiques pour la défense. Ils répondent aux priorités budgétaires des Etats et ont également des applications commerciales porteuses. En France, Thales a par exemple racheté les activités de services cybersécurité et sécurité des communications d'Alcatel.

Ce mouvement va-t-il se poursuivre ?

Oui car le marché est encore en train de se structurer et la consolidation autour de quelques acteurs majeurs n'est pas encore engagée. On est encore dans une phase de redistribution d'actifs en particulier technologiques. Les start-up devraient être des cibles privilégiées de grands groupes dans le but de compléter un portefeuille de produits et de technologies. D'autant plus que la menace évolue vite et n'est pas stabilisée, donc les technologies de cyberdéfense doivent également évoluer vite.

Y-a-t-il une technologie en particulier à suivre ?

La sécurisation de l'Internet des objets sera une tendance intéressante à suivre. La connectivité autour des équipements et produits sensibles comme les trains, voitures, avions... devient un enjeu majeur de sécurité. Aussi bien en termes de protection des données transportées que du contrôle du matériel utilisé. Imaginer les dégâts que l'on pourrait créer en "hackant" le parc de voitures d'un grand constructeur ou encore en piratant le réseau des feux de signalisation d'une grande ville !

Propos recueillis par Hassan Meddah

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS