Le monde de l'assurance paré pour une digitalisation efficace : la preuve par trois

Branle-bas de combat chez les assureurs, qui s'organisent pour basculer au digital de façon efficace : ils ont présenté le 17 mars un livre blanc sur l'innovation et la transformation numérique de l'assurance, ont signé avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés un texte qui encadre l'utilisation des données des assurés, et identifié une nouvelle dynamique dans l'univers des start-up,  InsurTech, qui pourrait apporter des idées neuves aux géants du secteur.

Partager
Le monde de l'assurance paré pour une digitalisation efficace : la preuve par trois

Contrairement au lapin d'Alice au pays des merveilles, les assureurs ne sont pas en retard, à courir comme des fous derrière une digitalisation qui leur échappe, s'amuse Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du numérique, qui était le 17 mars à la présentation du livre blanc "Innovation et transformation numérique de l'assurance" à Paris. "Ils ont su se fédérer et proposer des réponses collectives pour passer au digital, ce qui n'est pas le cas de tous les secteurs d'activité", pointe la politique. La preuve par trois :

1 : Un livre blanc pour une digitalisation efficace

Le Pôle de compétitivité finance innovation, créé en 2007 par le comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire, a travaillé 15 mois durant sur ce livre blanc, qui sera disponible sur les sites d'Amazon et de la Fnac à partir du 6 avril. Cybersécurité, transparence maximale sur l'utilisation des données des assurés, identification et authentification du client via la signature numérique… Il identifie 30 domaines d'innovation prioritaires, pour que les sociétés d'assurance fassent du numérique une force.

Plus de 200 acteurs ont élaboré ce document : de grandes entreprises du secteur, comme Groupama ou le mutualiste Covéa, mais aussi des start-up, comme Inspeer, une plate-forme d’assurance collaborative, ou encore MyDataball, qui propose des solutions de datamining.

2 : Après les FinTech voici… les InsurTech

A l'occasion de la présentation du livre blanc, Jean Hervé Lorenzi, le président du Pôle finance innovation, a identifié une nouvelle dynamique dans l'univers des start-up : les InsurTech. A l'image des entreprises de la FinTech qui ont dynamisé le secteur bancaire, il mise sur ces jeunes pousses pour apporter aux géants du secteur des idées neuves. Des appels à projets vont être prochainement lancés dans toute la France autour des 30 domaines d’innovation prioritaires décrits dans le livre blanc, pour repérer les sociétés créatives.

Axelle Lemaire a indiqué que six de ces entrepreneurs allaient prochainement venir présenter leurs produits et services innovants devant un ministère (elle n'a pas précisé lequel) pendant l'un de ses "Jeudigitaux". Elle a créé ces rendez-vous mensuels en septembre 2014 pour mettre les jeunes pousses au contact des acteurs publics et des investisseurs.

3 : Une règlementation autour du big data signée avec la Cnil

Depuis janvier 2012, l'ensemble des organisations professionnelles du monde de l'assurance travaillent de concert avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) pour définir un cadre juridique autour de l’utilisation des données personnelles de leurs assurés. Objectif : maintenir la confiance à tout prix, alors que les entreprises ont entre les mains des informations sensibles sur la santé ou encore la situation familiale de leurs clients.

En septembre 2014, ils ont signé un "pack conformité assurance", les dotant d'un ensemble de règles claires pour l'exploitation de ces informations (qui sont toujours anonymisées). C'est la première profession règlementée à avoir mené cette démarche à son terme avec la Cnil.

Lélia de Matharel

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS