Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Pass French Tech s'ouvre aux start-up biotech, cleantech, medtech...

Fort de son succès en saison 1, avec 48 start-up en hypercroissance identifiées et accompagnées, le Pass French Tech va s'ouvrir à des jeunes pousses non numériques.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Pass French Tech s'ouvre aux start-up biotech, cleantech, medtech...
Le Pass French Tech s'ouvre aux start-up biotech, cleantech, medtech... © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

C'est le carré VIP des start-up de la French Tech. Les jeunes pousses labellisées "Pass French Tech" ont un statut particulier dans l'écosystème français. Ces entreprises en hypercroissance bénéficient grâce à ce label (dispensé par 10 opérateurs en régions) d'un accompagnement spécifique de partenaires publics regroupés derrière un guichet unique : Bpifrance, Business France, la Coface, l'Inpi… Un vaste panel de services leur est proposé : accès prioritaire et accéléré aux dispositifs de financement, procédures administratives simplifiées. En résumé, c'est un traitement haut de gamme qui est réservé à ces entreprises pour qui tout va très vite.

 

344% de croissance du CA en 2014 pour les 48 start-up

La première promotion 2014-2015, a vu 48 start-up labellisées au fil de l'eau. Elles étaient regroupées en trois catégories (stade 1, avec un CA de 100 000 à 3 millions d'euros, stade 2, de 3 à 10 millions d'euros et stade 3, plus de 10 millions d'euros) avec l'objectif de leur faire monter une marche et d'arriver dans la catégorie supérieure (par rapport au CA à n-2).

 

Leurs résultats 2015 permettront de savoir si leur trajectoire de croissance est conforme à cet objectif. Déjà, en 2014, les 48 start-up affichaient 144% de croissance par rapport à 2013 (à comparer aux +33% du panel généraliste rassemblé par EY sur la même période) ; +325% de chiffre d'affaires à l'international et +420% de croissance des effectifs.

 

le pass french tech s'étend

Le Pass French Tech va être pérennisé et même étendu à des secteurs non-numériques : les start-up de la medtech, de la biotech et des cleantechs pourront postuler. La Mission French Tech (l'un des acteurs clés du dispositif, désormais partie prenante de l'Agence du numérique), promet de renforcer la dynamique de travail en réseau en créant un "club" des entreprises "Pass French Tech" et va se concentrer sur la promotion à l'international de ces entreprises.

 

Les start-up en hypercroissance seront davantage associées aux voyages officiels des ministres à l'étranger et pourront d'ailleurs bénéficier du tout nouveau réseau des French Tech Hubs à l'étranger, dont le dernier vient d'être annoncé à Tel-Aviv. De quoi faire rayonner ces champions français loin de leurs frontières.

 

"Ce sont des locomotives qui tirent tout l'écosystème vers le haut, dans une logique d'hypercroissance", résume David Monteau, directeur de la Mission French Tech. Les "poules aux œufs d'or" du coq French Tech, ajoute la secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire, qui a décerné un diplôme ce 15 septembre à Bercy aux 48 start-up de la première promotion. Certaines reviendront en saison 2 pour tenter de confirmer ces belles promesses.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale