Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le PDG de Gameloft démissionnerait suite à l'OPA de Vivendi

Vu ailleurs Le PDG-fondateur de Gameloft, Michel Guillemot, serait en passe de démissioner suite au rachat de son entreprise par Vivendi. Cette bataille perdue, il se concentrerait avec ses frères sur la défense du vrai bijou de famille : Ubisoft.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le PDG de Gameloft démissionnerait suite à l'OPA de Vivendi
Le PDG de Gameloft démissionnerait suite à l'OPA de Vivendi © Gameloft

Bloomberg rapporte que Michel Guillemot, fondateur et PDG de Gameloft, compte démissionner de son poste suite à l'acquisition hostile de son entreprise par le groupe Vivendi que dirige Vincent Bolloré. La source de l'information serait "proche du dossier" mais tiendrait à rester anonyme. Vivendi prévoit d'obtenir la majorité des sièges du conseil d'administration lors de la réunion d'actionnaires prévue le 29 juin. Face à la défaite, Bloomberg affirme que Michel Guillemot compte désormais concentrer ses efforts sur la défense d'Ubisoft, que convoite également le groupe.

 

Ubisoft est la deuxième plus grande entreprise française du numérique et le champion incontesté du jeu vidéo dans l'hexagone, se targuant du titre de troisième plus grand éditeur mondial. Le contrôle de l'entreprise fondée en 1986 par Yves Guillemot et ses 4 frères est donc un enjeu bien plus élevé que celui de l'éditeur de jeux mobiles, dont les résultats sont par ailleurs en berne (-24,2 millions d'euros de résultat net en 2015). La question continue donc de se poser : Vivendi ne se fourvoie-t-il pas en poursuivant cette politique de rachat ?

 

Pour sauver Ubisoft du joug de Vivendi, les Guillemot cherchent activement un appui extérieur bienveillant, mais sans succès jusqu'ici. La famille contrôle au total environ 15% des votes au sein de l'entreprise, tandis que Vivendi dispose désormais de 18% de ceux-ci.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Philippe
06/06/2016 13h35 - Philippe

Comme je l’avais envisagé hier dans mon précédent message, les défections commencent et ne s’arrêteront pas là. Bolloré va se retrouver avec une coquille vide et s’il insiste avec UBISOFT il va faire la plus mauvaise affaire de sa carrière… Ce n’est pas une question d’argent c’est culturel. Bolloré est perçu dans cette industrie comme un régulateur, un censeur, un frein à la créativité il est synonyme de d’anti-fun or cette industrie est super-fun… il va perdre. Il ferait mieux d’investir ailleurs, la ou il est apprécié et reconnu principalement dans des secteurs industriels plus classiques.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale