Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le rachat par Nokia valide le virage B2B de Withings

Analyse Plus que ses objets connectés grand public, c'est plutôt la plate-forme complète de suivi d'activités et de collecte de données de santé au service des pros construite par Withings qui a séduit Nokia.

mis à jour le 26 avril 2016 à 17H43
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le rachat par Nokia valide le virage B2B de Withings
Le rachat par Nokia valide le virage B2B de Withings © Withings

L'un des champions français des objets connectés va passer sous pavillon finlandais. Nokia a pour projet de racheter la start-up Withings, créée en 2008 par Cédric Hutchings et Eric Carreel. L'opération, qui valorise l'entreprise à 170 millions d'euros, devrait être bouclée à la fin du troisième trimestre. Les 200 salariés de Withings, partagés entre la France, les Etats-Unis et Hong-Kong intègreront la nouvelle business unit Santé digitale, rattachée à la division "Nokia Technologies".

 

Withings produira-t-il encore des objets grand public ?

Ce qui donne une indication sur la direction que va prendre la start-up : clairement plus tournée vers le milieu professionnel que le grand public. Quand Nokia s'attaque à la réalité virtuelle, au sein de l'entité Digital Media (autre branche de Nokia Technologies), par exemple, elle le fait avec une caméra pensée pour un public professionnel ou s'allie avec un géant du divertissement, Disney (un partenariat tout juste annoncé). Le finlandais ne fabrique plus de devices destinés au grand public, à part une tablette, fabriquée sous licence par un partenaire industriel… L'avenir de Withings devrait donc être davantage B2B que B2C.

 

C'est justement ce chemin qu'avait pris Withings ces derniers mois, et ce qui a sans doute séduit Nokia. Si à ses débuts, l'entreprise tricolore s'est fait connaître sur le segment grand public, avec sa balance, son tensiomètre et son bracelet enregistreur d'activité, elle s'est peu à peu tournée vers les pros. Logique : la bataille du B2C est coûteuse et incertaine. Withings a lutté vaillamment sur un marché naissant, face à des concurrents américains et chinois de plus en plus féroces, et en décalage avec un grand public pas encore convaincu par la promesse des objets connectés. Sans partenaire ou investisseur, sans augmentation substantielle de ses ventes, la start-up n'aurait pas pu continuer à innover à ce rythme bien longtemps.

 

En revanche, son avance en matière de design et de technologies et son niveau de maturité sont des des atouts précieux alors que le monde professionnel commence à comprendre l'intérêt des objets connectés. Cette fois-ci, Withings est dans le bon tempo et pourra s'appuyer sur l'expérience et la data accumulés en B2C pour proposer une plate-forme d'objets, d'outils et de services B2B extrêmement complète.

 

des nouveaux territoires à conquérir

La start-up a commencé à la construire. Elle a notamment créé une division Recherche qui multiplie les partenariat avec des universités, hôpitaux, instituts, pour se rapprocher des futurs prescripteurs d'objets connectés, médecins et chercheurs. Elle aide aussi des entreprises comme Novartis, EMC, et la SNCF à mettre en place des programmes de prévention à destination de leurs salariés et/ou de leurs clients.

 

Nokia pourra la faire bénéficier de sa créativité, de ses moyens, de son précieux portefeuille de brevets, de son image de marque pour l'aider à conquérir les nouveaux territoires de la santé connectée, et "évangéliser" de nouveaux publics et secteurs, comme l'assurance, les mutuelles, les nouveaux acteurs de la mobilité... Le potentiel est énorme.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale