Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le refus des nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp sera finalement sans conséquence

Vu ailleurs La multiplication des enquêtes à son encontre semble avoir fait reculer WhatsApp. Il a finalement décidé de ne pas réduire certaines fonctionnalités de son application pour les personnes ne souhaitant pas faire la nouvelle mise à jour visant à accroître le partage des données entre les entités du groupe Facebook. Les internautes récalcitrants auront simplement un rappel de l'existence de cette mise à jour, du moins pour l'instant.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le refus des nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp sera finalement sans conséquence
Le refus des nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp sera finalement sans conséquence © Webster2703/Pixabay

WhatsApp fait à nouveau marche arrière. Finalement, le refus des nouvelles conditions d'utilisation n'aura aucune conséquence pour les utilisateurs de la messagerie instantanée, d'après un porte-parole de la filiale de Facebook cité par The Next Web.

Il a déclaré que "compte tenu des échanges récents avec divers autorités et experts en confidentialité, nous souhaitons préciser que nous ne prévoyons pas actuellement de limiter certaines fonctionnalités de WhatsApp pour ceux qui n'ont pas encore accepté la mise à jour". A la place, WhatsApp continuera de "rappeler aux utilisateurs de temps à autre l'existence de cette mise à jour (...)", a-t-il ajouté.

La stratégie B2B de Whatsapp
Pour comprendre ce nouveau retournement de situation, il faut revenir quelques semaines en arrière. Le 15 mai dernier, les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp sont entrées en vigueur. Vivement contestées, elles devaient obliger les utilisateurs à partager certaines données, telles que le nom, les images de profil, les numéros de téléphone... avec les autres entités du groupe Facebook, Instagram et Messenger notamment.

Ces nouvelles règles s'inscrivent dans la stratégie B2B de WhatsApp, dont WhatsApp Business constitue le coeur. Cette fonctionnalité a pour objectif d'aider les petites et moyennes entreprises (PME) à communiquer plus facilement avec leurs clients. Le but est de faire de la messagerie un canal d'achat et ainsi de monétiser le service. A ce titre, grâce à l'élargissement des données partagées, les applications tierces pourront connaître les noms des entreprises pour améliorer leur publicité ciblée.

La Cnil allemande monte au créneau
A l'origine, les utilisateurs ne souhaitant pas faire cette mise à jour devaient voir les fonctionnalités de la messagerie se réduire de semaine en semaine. Or, pour les internautes européens, cette politique n'est pas compatible avec le Règlement général sur la protection des données (RGPD), avait déclaré le Commissaire de Hambourg à la protection des données et à la liberté d'information (HCDPFI), l'équivalent de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) en Allemagne. Le 11 mai, soit quelques jours avant l'entrée en vigueur des conditions d'utilisation, il avait émis une injonction interdisant à "Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins".

Cette décision, prise dans le cadre d'une procédure d'urgence, est valable pour trois mois. "Les nouvelles conditions de WhatsApp permettant la collecte de données sont invalides car elles sont opaques, incohérentes et trop larges", a déclaré l'autorité allemande de protection des données. Elle a par ailleurs soumis ce contentieux au Comité européen à la protection des données (CEPD).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.