Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Le smart grid est une étape à ne pas rater", selon Jean-François Revel, directeur délégué de Cofely Ineo

Jean-François Revel, directeur délégué de Cofely Ineo, détaille à L’Usine Nouvelle le démonstrateur de smart grid que le groupe présente, jeudi 11 septembre, à Toulouse. Au menu : solaire, éolien, batteries et volants d’inertie pour une gestion optimisée de l’énergie d’une zone d’activité économique. Un savoir-faire indispensable pour le fournisseur de services énergétiques.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le smart grid est une étape à ne pas rater, selon Jean-François Revel, directeur délégué de Cofely Ineo
"Le smart grid est une étape à ne pas rater", selon Jean-François Revel, directeur délégué de Cofely Ineo © D. R.

L'Usine Nouvelle - Vous présentez jeudi 11 septembre votre smart grid toulousain. En quoi consiste ce démonstrateur ?

Jean-François Revel - Notre démonstrateur a pour origine le projet Smart ZAE soutenu par l’Ademe dans le cadre des investissements d’avenir. Nous l’avons démarré début 2012 avec nos partenaires industriels Levisys et Cirtem et le laboratoire Laplace et nous l’avons depuis enrichi. Il s’agit d’un microréseau électrique intelligent déployé sur notre site toulousain, une zone d’activité économique de 1,5 hectare avec quatre bâtiments qui hébergent des activités de R&D, de production et d’administration.

Quelles sont les briques technologiques utilisées sur ce smart grid ?

Nous avons concentré toutes les technologies du smart grid sur notre site : la production d’énergies renouvelables (300 kW de photovoltaïque et 60 kW d’éolien), qui est en quelque sorte le moteur du smart grid, le stockage d’énergie avec 1 MW-1,5 MWh de batteries et une innovation phare, dix volants d’inertie de 10 kW-10 kWh chacun, un réseau à courant continu qui évite les pertes de conversion AC/DC… Et bien sûr, un système de management de l’énergie.

Au-delà des technologies, quel est votre but ?

Nous voulons être capables d’optimiser la gestion de l’énergie sur un site en anticipant la dérégulation du marché de l’énergie. Nous expérimentons les algorithmes de décision sur un microgrid. Faut-il stocker l’électricité renouvelable produite sur place en prévision du lendemain ? Est-il préférable d’acheter l’électricité sur le marché en ce moment ?

Différentes logiques de commande sont possibles : optimisation des émissions de CO2, réduction de l’appel au réseau, réduction de la facture… Plus largement, le smart grid est pour nous une étape à ne pas rater. Nous voulons maîtriser les technologies et leur usage pour pouvoir proposer les solutions les plus appropriées à nos clients, industriels et collectivités.

Quels sont les premiers résultats enregistrés ?

Le projet est encore en cours de déploiement, mais, déjà, le management de l’énergie a permis de faire des économies d’énergie de 15% à 20%, par du pilotage des consommations mais aussi grâce au comportement des utilisateurs. Un premier volant d’inertie a été installé et montre des performances au-delà des espérances, avec des pertes d’énergie par frottement négligeables.

Les batteries sont opérationnelles, ainsi que le convertisseur de 1 MW que nous avons développé avec Cirtem. L’installation des éoliennes, plutôt petites avec environ 20 mètres de haut, n’a suscité aucun rejet de la part des riverains, ce qui montre que l’éolien de petite hauteur a un avenir en périphérie des villes.

Propos recueillis par Manuel Moragues

8 millions d’euros investis sur cinq ans

Le projet Smart Grid Experience associe, sur un site de 1,5 hectare, 230 personnes réparties entre plusieurs bâtiments de bureaux, ateliers et laboratoires. L’énergie peut-être autoconsommée ou stockée grâce à des batteries lithium-ion (1,5 MWh), afin d’optimiser le bilan énergétique et environnemental du site. Globalement ce sont pas moins de 8 millions d’euros qui ont été investis sur cinq ans par Cofely Ineo - pour 5 millions d’euros - et par ces partenaires dans ce programme, dont 4,1 millions d’euros dans le cadre du projet Smart ZAE, retenu en 2012 au titre des Investissements d’Avenir et en partie abondé par l’Ademe.

 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale