Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les 10 erreurs qui ruineront à coup sur votre site d'e-commerce

De nombreuses PME lancent leur plate-forme de e-commerce, sans forcément maîtriser à 100% des codes du web. Afin d'éviter le fiasco, voici les 10 erreurs à ne pas commettre pour les non-initiés.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les 10 erreurs qui ruineront à coup sur votre site d'e-commerce
Les 10 erreurs qui ruineront à coup sur votre site d'e-commerce © Elbidule - Flickr - CC

Le business de Maureen Delit : le bien-être. Sur sa plate-forme web le Temps d'une flamme, lancée le 9 juin, elle vend des bougies et de l'huile parfumée. Mais pour que ses clients se détendent, encore faut-il qu'ils aillent au bout de leur démarche d'achat sur son site de e-commerce.

 

La jeune entrepreneure se pose de nombreuses questions : quelle entreprise de livraison choisir, quels moyens de paiement accepter ? Elle s'est rendue à un atelier organisé le 11 juin au PrestaShop Day pour trouver des réponses. Pour ne pas déraper lors du lancement de son site de vente en ligne, voici les 10 faux pas à éviter à tout prix :

 

1/ Se lancer trop vite

Avant de créer officiellement sa boutique - et comme pour n'importe quel autre business - il faut réaliser une étude de marché, pour vérifier l'appétence des consommateurs et la viabilité du modèle économique.

Il faut également vérifier la législation, non seulement dans le pays où l'entreprise est basée, mais également dans les lieux où la marchandise sera vendue.

Il est important d'avoir conscience de l'investissement en termes de temps que représente l'ouverture d'un site de commerce en ligne : écrire les fiches produits est chronophage.

 

2/ Sous-estimer l'importance de l'hébergement

Selon PrestaShop (société éditrice d'un logiciel open source permettant aux professionnels de créer leur plate-forme de vente en ligne), 57% des internautes quittent un site s'il met plus de trois secondes à s'afficher. Choisir un hébergement performant est indispensable. 

 

Le choix du nom de domaine doit aussi être murement réfléchi : mieux vaut qu'il sonne bien et puisse être retenu facilement par le client.

 

3/ Ne pas penser en amont l'arborescence de son catalogue

Pour que le client trouve facilement le produit qu'il cherche, le catalogue doit être bien construit. C'est facile au début lorsque le site ne référence que peu d'articles. Les choses se corsent lorsque l'offre devient plus foisonnante. Il faut avoir pensé l'arborescence en amont, avec des catégories clairement établies.

 

4/ Bâcler la mise en forme et le contenu

Pour ne pas rebuter le client, éviter les photos pixélisées et les fiches produits trop longues. Il faut hiérarchiser les informations et faire en sorte que les descriptions soient toutes construites de la même façon, pour que le visiteur ait des points de repères.

Il est essentiel que le site soit "responsive", donc adapté aux outils mobiles : de plus en plus d'internautes passent directement commande depuis une tablette ou un smartphone.

 

5/ Minimiser l'importance du SEO

Mettre en place des techniques de SEO (optimisation pour les moteurs de recherche) est primordial pour que les potentiels clients trouvent votre site de e-commerce lorsqu'ils font des recherches associées sur Google (et les autres).

 

Le principe de base : choisir une dizaine de mots clefs, en rapport avec les catégories de produits vendues, et les répéter autant que faire se peut sur la plate-forme (sans être trop lourd). 

Google repère ainsi le site pour sa cohérence et le remonte dans ses résultats de recherche. Si vous hésitez entre deux termes, l'outil Google Trends permet de savoir lequel est le plus recherché sur le site.

 

6/ SE passer des réseaux sociaux

Pour communiquer efficacement, il faut bien entendu utiliser les réseaux sociaux. Mais il n'y a pas que Facebook. Si votre cible est composée de professionnels, utiliser LinkedIn ou Viadeo peut être pertinent.

Il ne faut pas négliger les forums spécialisés si vous visez un marché de niche.

 

7/ Rendre la procédure d'achat difficile

Le formulaire d'inscription rempli par un client pour acheter un produit doit être le plus court possible pour ne pas le décourager : si vous lui offrez un cadeau ou des promotions le jour de son anniversaire, vous pouvez lui demander sa date de naissance. Sinon, c'est inutile. La procédure d'achat doit être intuitive et ne pas comporter plus de 4 ou 5 étapes maximum.

 

8/ Proposer des moyens de paiement et de livraison inappropriés

Il faut adapter les moyens de paiement et de livraison à ses clients. Par exemple, si ce sont des particuliers, ils voudront probablement payer avec leur carte bancaire et aller chercher leurs articles dans un point relais, en dehors des heures de bureau. Si ce sont des professionnels, ils préfèreront peut-être payer par virement à 30 jours ou au moment de la réception de leur commande, et être livrés directement sur leur lieu de travail.

 

Certains moyens de paiement sont plus chers que d'autres, mais il est interdit en France de modifier le prix d'un produit en fonction desdits moyens de paiement. C'est au commerçant de réduire ses marges. Pour favoriser la carte Visa par rapport à PayPal, la seule solution est de mettre le service de règlement en ligne au bas de la liste.

 

9/ Ne pas mettre à jour régulièrement son catalogue

Lorsqu'un produit n'est plus disponible pour une longue période, il est important de l'enlever de son catalogue. En revanche, s'il est simplement en rupture de stock, et qu'il sera de retour dans les prochains jours, il faut l'indiquer au client dans la fiche produit, pour l'inciter à retourner sur le site plus tard.

 

Les promotions doivent être de courte durée pour pousser le chaland à acheter : s'il voit qu'elles sont disponibles pendant plusieurs semaines, il se dit qu'il pourra toujours acheter plus tard.

 

10/ Négliger le service client

La clientèle a besoin d'être rassurée, même avant la vente. Il faut notamment lui fournir des informations sur la réassurance de ses articles et soigner le service après-vente. Capter de nouveaux clients coûte beaucoup plus cher que de faire revenir des personnes qui ont déjà acheté sur une plate-forme. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale