Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les acteurs de l'économie numérique collaborative veulent un statut à part entière

Le premier "Bercy Jam" a réuni le 25 juin les services du ministère des Finances et les acteurs de l'économie numérique collaborative pour échanger autour de ce secteur en plein boom.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les acteurs de l'économie numérique collaborative veulent un statut à part entière
Les acteurs de l'économie numérique collaborative veulent un statut à part entière © Parti socialiste - Philippe Grangeaud

Créer un statut à part entière, un label, instaurer une fiscalité spécifique, aider au financement des projets, mieux informer les consommateurs... Telles sont, parmi d'autres, les pistes évoquées par les participants du "Bercy Jam", un atelier sur l’économie numérique collaborative organisé pour la première fois au ministère des Finances, à Bercy.

Le but de Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique, avec cet atelier ? "Réfléchir aux impacts positifs de ce secteur sur l'économie, et en quoi il rejoint les missions d'intérêt général de l'Etat", explique le communiqué de présentation.

Comme le rapporte l'AFP, une centaine de représentants d'entreprises du secteur, d'associations et de l'Etat ont participé à cette réunion de travail. Ils permettent une mise en relation entre particuliers autour de différents services.

"polliniser le territoire avec des fablabs"

Solution de co-voiturage en ligne, plateforme communautaire de location de logements entre particuliers, service de mise en relation pour aller diner chez l’habitant, ateliers de fabrications numériques (fab labs)... tous étaient présents pour faire connaître leurs doléances à la ministre.

Le secteur de l'économie numérique collaborative "rejoint les missions d'intérêt général de l'Etat", selon Fleur Pellerin, citée par l'AFP. Elle a annoncé le lancement d'un appel à projets, ouvert jusqu'au 13 septembre, pour la création d'une dizaine d'ateliers de fabrication numérique (fablabs).

"Nous voulons polliniser le territoire avec des fablabs, et lancer un grand mouvement d'alphabétisation numérique" dans toute la France, a plaidé la ministre.

Un faisceau de nouveaux projets qui pourrait trouver un soutien de taille avec Bpifrance, la nouvelle banque publique d'investissement, dont le directeur général Nicolas Dufourcq déplorait le 24 juin le manque de demandes de financement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media