Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les deux leviers de Pierre Gattaz pour une France numérique : le marché unique européen et la sensibilisation des entreprises

Tribune L'ex-premier minitre et candidat à la pimaire pour la présidentielle 2017 Alain Juppé, le député PS frondeur Christian Paul, la PDG de la Française des Jeux Stéphane Pallez... Le G9+ (fédération d’anciens élèves de grandes écoles) a interrogé 140 influenceurs français sur la manière dont la France devait se saisir de la révolution numérique. Le but : mettre le digital au coeur de la campagne présidentielle de 2017. L'association a retenu 100 propositions, qui seront publiées dans un livre intitulé "2017 : 100 idées pour une France Numérique". Nous vous livrons en exclusivité six de ces tribunes. Quatrième épisode avec le texte de Pierre Gattaz, président du Medef, qui souligne la nécessaire constitution d’un véritable marché unique du numérique en Europe d’ici 2020 et promet d'impliquer son organisation dans la sensibilisation des TPE et PME à la numérisation.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les deux leviers de Pierre Gattaz pour une France numérique : le marché unique européen et la sensibilisation des entreprises
Les deux leviers de Pierre Gattaz pour une France numérique : le marché unique européen et la sensibilisation des entreprises © Pascal Guittet

"L’urgence d’un plan de bataille pour construire la France et l’Europe du numérique

 

Les "données" sont devenues l’or noir du 21ème siècle. La bataille économique  des cinq prochaines années portera principalement sur la capacité des entreprises et des organisations publiques ou privées à analyser, exploiter, valoriser et protéger ces données. La bataille technologique des cinq prochaines années portera principalement sur les applications, les services et les infrastructures qui permettront justement de collecter, traiter, stocker et transmettre ces données : cloud computing, Big data, plateformes de services, objets connectés, calcul intensif, réseaux. Enfin la bataille stratégique des cinq prochaines années, en France comme en Europe, portera sur la capacité de nos entreprises à transformer leur "business model" pour être en mesure de créer et/ou de capter toute la valeur ajoutée promise par cette révolution à la fois économique et technologique.

 

Deux leviers d'action

Comment parvenir à une stratégie numérique gagnante compte tenu du retard accumulé par la France et l’Europe mais aussi au regard des nombreux atouts dont nous bénéficions ? Je distinguerai deux leviers d’action.

 

Le premier est du ressort des autorités françaises et européennes : la constitution d’un véritable marché unique du numérique en Europe d’ici 2020. Ce marché unique numérique reposera sur sept facteurs de succès au moins.

 

En premier lieu, le développement d’infrastructures numériques très haut débit fixes et mobiles et d’infrastructures électriques intelligentes – les smart grids – performantes, compétitives et accessibles sur l’ensemble du territoire européen.

 

Ensuite, la mise en place  progressive de normes, de cadres réglementaires et de standards harmonisés et interopérables au niveau européen afin de permettre le déploiement et la commercialisation de technologies, de produits et de services numériques uniques dans l’ensemble des pays de l’UE en faisant disparaître les barrières transfrontalières.

 

Le troisième facteur de succès repose sur l’harmonisation des règles et des outils en matière de cybersécurité et de confiance numérique, notamment en ce qui concerne la sécurité des systèmes d’information des entreprises et des administrations et la protection des données à caractère personnel. Sans confiance, il n’y aura pas de développement possible de l’économie numérique.

 

Quatrième facteur de succès, créer une régulation commune en matière de concurrence et de fiscalité afin d’éviter les situations de monopoles, les abus de positions dominantes et les distorsions de concurrence qui freinent le développement de l’innovation, empêchent l’émergence de nouveaux acteurs et menacent la transparence des informations et des services proposés aux utilisateurs.

 

Cinquième facteur-clé de succès : investir de façon massive dans les filières de formation initiale et continue liées au numérique et dans les filières scientifiques, notamment les mathématiques. C’est un défi immense, peut-être le principal pour réussir à faire de l’Europe un leader du numérique. Dans le même temps, il nous faut, à l’image de ce qui est fait en France avec la FrenchTech, faciliter et encourager la création et la promotion de start-up technologiques européennes en créant des passerelles et des écosystèmes de financement, d’innovation, de transfert de technologies et de commercialisation qui leur permettront de se développer d’abord en Europe, et ensuite dans le reste du monde.

 

Enfin, dernier facteur-clé de succès, il faut démocratiser la gouvernance d’Internet en s’appuyant  sur une ambition politique et industrielle européenne. Au Medef, nous sommes convaincus que le succès de cette ambition politique et industrielle européenne s’appuiera en grande partie sur la force motrice que constituera le couple franco-allemand.

 

Sensibiliser les TPE et PME

Le deuxième levier d’action repose sur la nécessaire sensibilisation de nos dirigeants de TPE et PME, dont certains n’ont pas encore mesuré les  enjeux de de la révolution en cours. Cela repose sur une mobilisation et une implication beaucoup plus forte de tous les acteurs de l’appui aux entreprises (CCI, chambres de métiers, conseils régionaux) et en premier lieu du Medef via ses 140 Medef territoriaux et ses 80 fédérations professionnelles.

 

Cette mobilisation passera par la mise en œuvre d’actions concrètes et innovantes au plus près du terrain, comme par exemple le déploiement de formations continues via toutes les branches professionnelles permettant aux dirigeants et collaborateurs de TPE-PME de redécouvrir leur métier à l’ère du numérique. C’est dans cet esprit que nous venons de lancer un MOOC dédié à la transformation numérique des entreprises, en partenariat avec le CNAM. Parallèlement, il faut mettre en place des passerelles avec les écoles d’ingénieurs pour pouvoir fournir aux TPE-PME les compétences techniques qui leur manquent : ingénieurs, développeurs, webmasters, "data scientists"…

 

De même le déploiement de points d’accueil de proximité ouverts au public partout en France du type Fab Labs permettront aux dirigeants de TPE, PME et à leurs collaborateurs de voir les nouvelles applications et technologies numériques - objets connectés, capteurs, RFID, impression 3D etc. - et leurs domaines d’application. Nous travaillons également à la mise en place d’un réseau de consultants capables d’accompagner les TPE et PME pour élaborer et mettre en œuvre leur stratégie de transformation numérique, à l’image du dispositif Stratexio lancé par le Medef pour promouvoir l’exportation.

 

Enfin, il est impératif d’intégrer la révolution numérique et ce qu’elle implique à toutes nos actions, à toutes nos stratégies, à toutes nos organisations. Faute de le faire nous serons condamnés à être marginalisés sur la scène internationale. C’est mû par cette ardente obligation que le Medef a organisé les 10 et 11 juin 2015 sa première université numérique, "Unum", en présence du commissaire européen en charge du numérique, Günther Oettinger. L’édition 2016 de ce rendez- vous annuel désormais incontournable, qui rassemble des personnalités politiques, des dirigeants d’entreprises françaises et européennes, des représentants de tous les secteurs professionnels, des experts, aura lieu les 16 et 17 mars. Avec ses ingénieurs de haut niveau et sa créativité reconnue dans le monde entier - la fameuse FrenchTech - la France est particulièrement bien placée sur le marché du numérique dont les développements sont infinis. Ne laissons pas passer cette chance."

 

Pierre Gattaz

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media