Les éditeurs de logiciels français se portent bien avec un chiffre d'affaires global en croissance

Les éditeurs de logiciels français affichent un chiffre d'affaires 2021 en hausse de 10,2% par rapport à l'année précédente, s'établissant à 19,4 milliards d'euros. Le secteur se porte donc très bien, selon le panorama Top 250 réalisé par Numeum et EY, qui met en avant la récurrence des activités grâce au SaaS.

Partager
Les éditeurs de logiciels français se portent bien avec un chiffre d'affaires global en croissance

19,4 milliards d'euros. C'est le chiffre d'affaires réalisés par les éditeurs de logiciels français en 2021. Cela souligne la bonne santé du secteur puisque ce chiffre d'affaires est en croissance de 10,2% par rapport à 2020, selon les résultats du Top 250 des éditeurs de logiciels français.

Ce panorama du secteur a été publié pour la 12ème année par Numeum et EY le 17 novembre 2022. 294 entreprises du secteur qui ont répondu au sondage, qui a été réalisé entre mai et septembre 2022. Pour cette édition, le classement général est effectué sur la base du chiffre d’affaires correspondant à l’activité d’édition de logiciels des 294 éditeurs. Seules les sociétés françaises déclarant ne pas être filiales d’un groupe étranger sur l’exercice concerné sont incluses.

La bonne croissance des petits éditeurs

L'étude note que la bonne dynamique est portée par l'ensemble des acteurs, contrairement à l'année précédente où le Top 3 (composé de Dassault Systèmes, Ubisoft et Criteo) contribuait fortement à la croissance du chiffre d'affaires. Hors les trois premiers éditeurs – qui restent les mêmes cette année – la croissance du chiffre d'affaires est de 15% (contre 6% en 2020). Autre donnée intéressante : le fait que les éditeurs de moins de 100 millions de chiffre d'affaires performent le plus avec une croissance à deux chiffre.

79% des entreprises sondées ont réalisé un bénéfice d'exploitation. Un point intéressant sur ce sujet, qui souligne l'évolution économique actuel, est le fait que 61% des start-up ont réalisé un bénéfice d'exploitation contre 49% en 2020. L'époque des investissements massifs en R&D est révolue. Désormais, pour séduire les investisseurs les jeunes pousses doivent prouver la viabilité de leur modèle économique et arrêter de dépenser à tout va.

49% ont fait face à des cyberattaques

Ce secteur des éditeurs de logiciels est en croissance constante. La récurrence de l'activité des acteurs grâce au SaaS – qui représente 45% du chiffre d'affaires édition du panel – et la rentabilité de leur modèle les aident à traverser cette période incertaine. "Le climat économique incertain ainsi que la remontée des taux ne semblent pas affecter significativement les performances du secteur à ce stade, malgré une baisse des valorisations", ajoute Jean-Christophe Pernet, associé EY en charge de l'étude.

Seules 22% des entreprises sondées se disent affectées par la guerre en Ukraine en raison de la perte de client, des ressources en R&D et la cybercriminalité. Mais ce sujet de la cybercriminalité est plus global puisque 49% des sondés affirment avoir faire face à plusieurs tentatives d'intrusions dans leurs systèmes informatiques (contre 39% l'année précédente).

De bonnes prévisions pour 2022

A noter que 89% des éditeurs de logiciels s'autofinancent ce qui souligne encore plus la bonne santé du secteur. 70% des sondés déclarent avoir recours à l'endettement et 47% ont recours au capital-investissement (soit quatre points de moins). Cette question du financement est essentielle, puisque les éditeurs investissent largement dans la R&D. 19% du chiffre d'affaires généré est investi à cette fin.

Côté recrutement, 88% des éditeurs prévoient d’augmenter leurs effectifs en 2022. Mais ils sont 89% a toujours ressentir des difficultés de recrutement, notamment sur les profils de développeurs.

"Les indicateurs analysés dans la cadre de notre étude laissent encore entrevoir une belle performance du secteur sur l’année en cours 2022, avec en particulier des prévisions d’embauche et des ambitions de croissance externe en progression", précise Jean-Christophe Pernet. Les acteurs du secteur ont des ambitions de croissance externe puisque 56% d'entre eux envisagent de réaliser une acquisition, notamment à l'étranger.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS