Les Français sont inquiets pour leurs données personnelles

Bruno Vanryb, président du Collège Editeurs du Syntec Numérique, revient sur les dernières conclusions du baromètre de l'innovation BVA réalisé en partenariat avec L’Usine Nouvelle/L'Usine Digitale, 20 Minutes, BFM Business et 01 Net.

Partager
Les Français sont inquiets pour leurs données personnelles

Les Français sont-ils inquiets face à l’utilisation de leurs données personnelles, collectées sur Internet ? C’est la question à laquelle nous avons voulu répondre dans cette nouvelle vague du baromètre de l’innovation BVA-Syntec Numérique, en partenariat avec L'Usine Nouvelle/L'Usine Digitale, 20 Minutes, BFM Business et 01 Net.

45% seulement des personnes interrogées estiment qu'elles connaissent plutôt bien les risques qu’elles encourent en matière de protection de leur vie privée sur Internet. Les jeunes et les technophiles sont le plus à l’aise, alors que le reste de la population se sent mal informé.

Une autorité indépendante de contrôle

Face à cela, les sondés attendent que les institutions publiques agissent, en amont et en aval. Pour protéger les internautes de l’utilisation de leurs données personnelles sur Internet, 70 % des personnes interrogées jugent que l’action d’une autorité indépendante, comme la CNIL, serait la plus efficace.

Les dispositifs mis en place par les sociétés privées (notamment celles du web) ne recueillent que 16 % des suffrages. Ce qui montre bien le déficit de crédibilité, mais sans doute aussi le manque de pédagogie de la part de ces acteurs privés, sur leur capacité à s’auto-réguler. La difficulté de faire appliquer son droit à l’oubli sur certaines données qu’on trouve sur Internet, ou encore les scandales liés aux fuites volontaires ou involontaires de données personnelles ont eu un impact dans l’opinion.

Un contrôle étroit des contenus par l'Etat

Les Français ne semblent pas davantage rassurés quand il s’agit de retirer un avantage personnel de l'utilisation de leurs data. Par exemple, ils sont 78 % - soit une très large majorité - à être opposés à l’installation de boîtiers dans leurs voitures, qui enregistreraient leurs données de conduite afin d’être transmises à leur compagnie d’assurance. C’est ce qui commence à être fait aux Etats-Unis et cela permet d’optimiser le coût de sa police en temps réel. Entre une nouvelle brèche dans leur vie privée et des potentielles économies, les sondés semblent avoir tranché pour le moment !

Une grande partie des Français interrogés (57 %) souhaitent que l’Etat contrôle fortement les contenus diffusés sur Internet. Pour limiter les dérives, une majorité est donc prête à restreindre les libertés individuelles. Cet arbitrage a d’ailleurs été l’objet de vives discussions, au Parlement et au sein de la société civile, dans le cadre du vote du projet de loi contre le terrorisme : les Français semblent donc aller dans le même sens que le gouvernement, en faisant de l’Etat le garde-fou du web ! De quoi continuer d’alimenter le débat sur la nécessaire neutralité du net…

Créer un lien de confiance

La collecte de données privées est au cœur de la prochaine révolution technologique : celle des objets connectés. Alors que nous en sommes au début de leur développement, les Français semblent réservés. Pour les rassurer, il est nécessaire de recréer un lien de confiance entre l’Etat, les autorités indépendantes et les acteurs économiques afin de ne pas ouvrir la voie à des réglementations trop contraignantes. La relève économique passera par le numérique à ce prix là…

Bruno Vanryb, président du collège Editeurs, Syntec Numérique

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS