Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les NFT, produits hautement spéculatifs : les chiffres qui parlent

Étude La structure du marché des NFT, très concentrée autour des 10% d'acheteurs et vendeurs les plus actifs, rend la fixation des prix dépendante d'un petit noyau de traders, montre une étude publiée dans Nature.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les NFT, produits hautement spéculatifs : les chiffres qui parlent
Une représentation visuelle du réseau de trading des NFT associée à l'étude. On y retrouve beaucoup les mêmes acteurs, identifiables par leur couleur. © Nature, article 20902 (2021)

Le commerce des NFT est un tout petit monde. Une étude publiée dans la revue Nature par une équipe italienne composée de chercheurs en sciences de la donnée, en biophysique, en sciences informatiques et en mathématiques, travaillant notamment à l'Université de Londres et à l'Université technique du Danemark, révèle que 85% des transactions réalisées ces derniers mois sont l'œuvre de seulement 10% des traders actifs sur le marché.

L'étude a décortiqué 6,1 millions de transactions sur 4,7 millions de NFT, réalisées entre juin 2017 et avril 2021 sur les blockchains Ethereum et WAX, et payées en 160 cryptomonnaies différentes.

10% des traders "font" le marché
Elle montre que les 10% de traders les plus actifs ont négocié la quasi-totalité des NFT du marché : 97% de ces actifs numériques sont passés à un moment ou un autre par leur portefeuille. En outre, l'étude s'est penchée sur les connections entre acheteurs et de vendeurs, et a déterminé que les 10% des paires les plus actives ont réalisé autant de transactions que les 90% restant. Qu'en déduit-on ? Qu'une toute petite proportion du marché est en mesure de manipuler le cours de ces produits, pour entraîner la majorité à suivre l'inflation des prix et empocher la plus-value. En effet, le facteur qui influence le plus le cours des NFT, selon l'étude, est l'historique récent des cours.

Du reste, les chercheurs ont quantifié la croissance des transactions en valeur. Jusque mi-2020, il s'échangeait en moyenne 60 000 dollars de NFT chaque jour. À partir de juillet 2020, la croissance a été fulgurante, jusqu'à atteindre plus de 10 millions de dollars quotidiennement en mars 2021, le mois où l'artiste Beeple a vendu aux enchères chez Christie's l'une de ses œuvres en NFT pour 69,3 millions de dollars (à savoir que Beeple lui-même estime que les NFT "sont une bulle qui pourrait éclater à tout moment").

20% des NFT sont revendus au moins une fois
Depuis juillet 2020, les créations à vocation artistique représentent 71% des échanges en valeur. Mais en volume de transactions, ce sont les objets numériques à collectionner et les NFT liés à des jeux qui raflent la mise (44% et 38% du nombre de transactions, contre seulement 10% pour les créations artistiques, qui concentrent la plus grande part de spéculation).

Il serait illusoire de penser devenir riche facilement et rapidement en spéculant sur les autres catégories de NFT, si on interprète les résultats de cette étude. Le prix moyen d'un NFT, dans 75% des transactions, se situe sous les 15 dollars. De plus, seul un NFT sur cinq s'est échangé sur le marché secondaire (c'est-à-dire qu'il a fait l'objet d'une deuxième transaction à la suite de la première). 0,07% des NFT se sont échangés plus de 10 fois. Par conséquent, soit le marché n'est pas liquide, soit les acheteurs choisissent de conserver leurs biens.

Cependant, la tendance haussière du marché est avérée : alors que 66% des NFT se revendaient moins cher que leur prix d'achat initial en 2017, cela ne concerne plus que 27% des actifs en 2021.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.