Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les start-up de la FinTech devraient se tourner vers l'Afrique

Pour le site américain TechCrunch, les start-up de la FinTech sont trop timides : elles hésitent à se lancer sur le continent africain alors que les opportunités à saisir sur place sont considérables, car l'utilisation de l'Internet mobile explose et que 80% des locaux n'ont pas de compte en banque. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les start-up de la FinTech devraient se tourner vers l'Afrique
Les start-up de la FinTech devraient se tourner vers l'Afrique © Images_of_Money - Flickr - C.C.

Rares sont les start-up de la FinTech à s'attaquer au continent africain, souligne le site américain TechCrunch. Elles seraient effarouchées par la complexité de ces marchés. Pourtant, pour le média spécialisé, les opportunités à saisir sur place sont énormes.

Deux phénomènes pourraient contribuer à faire évoluer rapidement l'univers de la finance en Afrique : 80% des habitants du continent n'ont pas de compte en banque, selon le Fonds monétaire international et aucun acteur bancaire puissant ne freine l'arrivée de nouveaux entrants.

Accès à des produits d'épargne et d'assurance

Par ailleurs, l'utilisation de l'Internet mobile s'y développe à vitesse grand V, les infrastructures fixes (trop chères) y étant peu nombreuses. L'Afrique du Sud et le Kenya font partie des marchés où les ventes de smartphones croissent le plus vite dans le monde (le taux de saturation est loin d'être atteint).

L'utilisation de portefeuilles digitaux présente de nombreux avantages pour les personnes ne disposant pas de compte en banque. Cela permet aux jeunes qui travaillent dans les villes et qui reversent une partie de leur salaire à leur famille restée en zone rurale de ne pas transporter d'importantes sommes d'argent sur eux. Cet outil leur donne aussi accès à des produits financiers (assurance, épargne), dont ils ne disposaient pas jusque-là.

Boom du portefeuille digital

Leur utilisation progresse fortement : 183 millions de personnes vivant en Afrique possèdent un portemonnaie numérique, soit trois fois plus qu'aux Etats-Unis. Ce nombre croît trois fois plus vite qu'aux USA. Si cette tendance se poursuit, tous les Africains auront un portefeuille digital en… 2121!

Ces outils sont développés par des opérateurs de téléphonie mobile plutôt que par des entreprises du monde de la finance, comme c'est le cas en Europe par exemple. Le marché est très fragmenté : les start-up de la FinTech ont une carte à jouer. Unifier l'offre permettrait aux utilisateurs de ces technologies d'effectuer facilement des versements transfrontaliers, quasiment inexistants aujourd'hui, souligne TechCrunch.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media