Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les start-up développant des solutions pour les professionnels ont la cote à San Francisco

L'accélérateur de start-up dédié au secteur de l'entreprise Acceleprise s'installe à San Francisco. La preuve que les technologies et services pour l'entreprise ont la cote, et attirent de plus d'investissements.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les start-up développant des solutions pour les professionnels ont la cote à San Francisco
Les start-up développant des solutions pour les professionnels ont la cote à San Francisco © Dream Industries a lancé DI Telegraph, un espace au cœur de Moscou dédié au numérique. Il propose, entre autres, des conseils aux start-up pour démarrer leur activité à l’étranger.

Acceleprise, un accélérateur de start-up dédié au monde de l'entreprise, fondé à Washington en 2012, vient d'ouvrir un bureau à San Francisco. Huit start-up participent à son programme de 4 mois et nombre d'entre elles s'attellent à donner des outils digitaux à des industries traditionnelles comme le retail ou la construction.

Des start-up focalisées sur des industries spécifiques

Michael Cardamone, le dirigeant d'Acceleprise San Francisco et ancien employé de Box, souhaite que les start-up du programme construisent des applications pour des industries spécifiques. L'accélérateur investit 30 000 dollars dans ces start-up, en échange de 5% de capitaux propres. Ses partenaires locaux incluent des managers de Box et du géant informatique Cisco.

Parmi les huit start-up qui démarrent leur programme à San Francisco (Flipcause, BridgeCrestMedical, Allbound, Vianza, ZenPurchase, PocketSuite, RedHotMayo, et Gobbler) certaines sortent déjà du lot.

BridgeCrestMedical propose un outil SaaS et un appareil mobile qui agrègent les données liées à la santé, afin de permettre aux entreprises des secteurs de la construction, la raffinerie ou le gaz de suivre le niveau de santé de leurs employés au travail. La plate-forme évalue actuellement la santé de centaines d'employés sur deux continents, selon la start-up. RedHotMayo propose des outils mobiles et Saas pour aider les fournisseurs de la distribution alimentaire à optimiser leurs processus de vente. Zen Purchase a développé une plate-forme cloud collaborative pour permettre aux équipes au sein de l'entreprise d'évaluer et classer les vendeurs de services tiers (informatique, équipements, formations...), et optimiser la stratégie d'achats de l'entreprise. 

l'entreprise a le vent en poupe

Les start-up qui développent des solutions et des outils pour les professionnels et les entreprises sont de plus en plus prisées par les investisseurs. Selon une étude du cabinet CB Insights, 70% des 50 plus gros investissements réalisés en 2013 aux Etats-Unis concernent des start-up dédiées à l'entreprise, atteignant le chiffre record de 2,2 milliards de dollars.

Les produits et services pour le grand public (Facebook, Airbnb, Uber...) ont toujours la cote, mais un changement est en train de s'opérer, au fur et à mesure que les besoins du monde de l'entreprise changent et que les opportunités d'innovation se multiplient.

La Silicon Valley au chevet des start-up

Acceleprise n'est pas le seul à avoir saisi cette opportunité. Dans la Silicon Valley, l'accélérateur the Alchemist se concentre aussi sur le monde de l'entreprise, tout comme 9Mile Labs à Seattle. Par ailleurs, de nombreuses start-up dédiées à l'entreprise (comme la célèbre start-up cloud Dropbox) choisissent les programmes des accélérateurs américains "stars" tels YCombinator, 500 Startups, StartX, Techstars ou Plug and Play Tech Center. 

De grandes sociétés et des banques se lancent aussi dans l'aventure, pour soutenir les technologies d'entreprise. Citrix a lancé son propre accélérateur, et la banque américaine Wells Fargo a lancé un programme de 6 mois consacré aux start-up pour l'entreprise, un peu différent de celui des accélérateurs traditionnels, en supprimant les fameux "demo days", les journées de présentation du produit devant les investisseurs. Les start-up ont 6 mois pour convaincre les banquiers d'acheter leurs produits.

Qui a dit que la technologie d'entreprise n'était pas glamour ?

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale