Les tigres chinois du mobile : Meizu, le revenant

A l’occasion du MWC, zoom sur ces fabricants chinois de tablettes et smartphones qui pèsent de plus en plus face aux géants Apple et Samsung. Quatrième épisode de notre série avec Meizu, en plein come-back.

Partager
Les tigres chinois du mobile : Meizu, le revenant

Des Produits phares

Aux origines, en 2003, Meizu concevait des lecteurs MP3. Puis l'entreprise chinoise s'est reconvertie dans le smartphone, en 2011... et s'est s’essoufflée. Le MX4 est aujourd’hui son nouvel espoir : un mobile léger à écran géant... sans abandonner le low-cost. Evasif sur son chiffre d’affaires ou ses ventes, Meizu se targue d’avoir reçu 100 000 commandes de son M1, un mobile à 100 euros, lors des soixante premières secondes d’une vente flash.

Meizu en chiffres

Chiffre d’affaires : non communiqués
Croissance en 2014 : + 50%
Nombre de smartphones vendus en 2014 : 6 millions
Nombre d'employés : 2000

Ils osent

Meizu lance ses derniers modèles de mobiles sous Ubuntu, un système d’exploitation constitué de logiciels libres, pour le plus grand bonheur de la communauté mondiale des développeurs.

Ils ont vu juste

Meizu a démarré dans l’industrie du smartphone par le haut, avec des modèles sophistiquées. En 2011, en plein scandale des suicides sur les chaines de Foxconn, le soutraitant d’Apple, Meizu donnait à voir une usine d’assemblage exemplaire, offrant congés et salaires décents à ses ouvriers. Des usines qui ont vu naître le bouton d’accueil rond à reconnaissance digitale... devenu le "Touch ID" sur iPhone et iPad. La marque s’est ainsi construite une image attrayante sur laquelle elle espère capitaliser. Les boutiques Meizu, inspirées des célèbres Apple Store, ont pignon sur rue et la marque regarde désormais vers l'Ouest : elle a annoncé, à l'occasion du Mobile World Congress de Barcelone, son e-boutique pour la France.

quelques Faiblesses

Meizu s’est fait détrôner par Xiaomi avec ses propres ingrédients : excellence technologique, marque branchée. Elle se réveille tardivement, grâce au soutien financier de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba, champion du monde de la vente en ligne, qui a versé 590 millions de dollars pour relancer la carrière de cette star sur le retour.

Jordan Pouille

La figure de proue : Jack Wong, l’énigmatique

On le dit agoraphobe, ne quittant son domicile qu’une fois par mois pour se rendre chez le coiffeur, jamais pour rejoindre son bureau. "Vous devez croire en moi", a dit le self-made man qu’on pensait dépressif, à l’attention de ses fans, lors d’une exceptionnelle conférence de presse.

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS