Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Maîtriser son stress grâce à un casque qui mesure l'activité cérébrale relié à un smartphone

Avec sa technologie Muse, la société canadienne Interaxon met à la portée du grand public la capture et l’interprétation des signaux cérébraux. L’utilisateur peut ainsi s’entrainer à maitriser le comportement de son cerveau à des fins de bien-être, ludiques ou de performances personnelles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Maîtriser son stress grâce à un casque qui mesure l'activité cérébrale relié à un smartphone
Maîtriser son stress grâce à un casque qui mesure l'activité cérébrale relié à un smartphone © Interaxon

Le cerveau n’a plus de secret pour Interaxon. Avec sa technologie Muse, cette start-up canadienne, basée à Toronto, propose d’en observer l’activité en temps réel sur l’écran d’un Smartphone ou d’une tablette. L’utilisateur peut ainsi apprendre à la contrôler pour améliorer son bien-être, ses performances intellectuelles ou son expérience des jeux vidéo.

Pour la mesure de l’activité du cerveau, la technologie Muse s’appuie sur un casque souple et léger comprenant quatre capteurs d’EEG (électro-encéphalogramme) : deux sur le front et deux près des oreilles. Le décryptage des informations réside dans un algorithme d’analyse et d’interprétation des signaux. C’est là que réside le savoir-faire d’Interaxon, fruit de plus de dix ans de recherche et développement à l’université de Toronto.

Extraire les données pertinentes

"La technologie EEG est connue depuis 60 ans, rappelle Trevor Coleman, directeur général et cofondateur d’Interaxon. Nous profitons des progrès techniques pour réaliser un casque de capture léger, ergonomique et performant. Mais l’essentiel de notre apport réside dans l’algorithme de traitement. Il faut extraire de l’immense quantité des signaux recueillis par le casque les données pertinentes, les analyser et leur donner du sens."

Pour garder un casque léger et ne pas pénaliser l’autonomie de sa batterie, seule une petite partie du traitement est réalisée au niveau du casque : la conversion des signaux en numérique, le filtrage et la compression. L’analyse et l’interprétation des données sont effectuées par un logiciel séparé proposé sous la forme d’une appli mobile pour les plateformes iOS et Android. Ce logiciel tourne donc sur un smartphone ou une tablette qui reçoit les données du casque sans fil via la liaison Bluetooth. Ce qui était réservé jusqu’ici aux professionnels de la santé entre désormais dans la poche de tout le monde.

Contrôler son mental

Ce dispositif, encore au stade de prototype, a fait sensation au dernier Consumer Electronics Show, à Las Vegas, en janvier 2013. Les applications premières se situent dans le domaine du bien-être. L’activité cérébrale reflète des situations de stress, de réflexion intense, de manque  de concentration, d’anxiété, etc. L’appli propose des exercices visant à améliorer la mémoire, la concentration, la motivation et le contrôle de soi, à réduire l’anxiété, le stress et les pensées négatives, à être plus efficaces dans des tâches intellectuelles, ou encore à se maîtriser dans des moments de vulnérabilité. Trevor Coleman est convaincu qu’avec la connaissance en temps réel de l’activité cérébrale et l’entrainement, il est possible pour l’utilisateur de contrôler son mental qui constitue un facteur important du bien-être mais aussi des performances dans le travail, le sport, le théâtre ou les jeux vidéo.

La jeune société canadienne discute avec des constructeurs de consoles et d’éditeurs de jeux vidéo afin que les joueurs puissent y intégrer des données biométriques leur permettant d’être plus performants dans le jeu. Pour décliner son système dans des applications verticales comme le sport, le théâtre ou d’autres domaines professionnels, elle propose un kit de développement adapté aux environnements iOS, Android, OSX, Windows et Linux. Dans les compétitions sportives, une application dédiée servira ainsi à l’entrainement mental des athlètes. "On sait que le mental joue un rôle important dans le résultat des sportifs, estime Michael Apollo, directeur de développement chez Interaxion et professeur de science appliquée au cerveau à l’université de Toronto. Cet outil peut les aider à donner tout le potentiel de leurs capacités physiques".

Explosion du marché du bien-être mental

Interaxon n’arrive pas sur un terrain vierge. "Mais les solutions disponibles aujourd’hui sont soit trop bridées sur le plan technique et pas assez fiables, soit trop sophistiquées et trop lourdes pour être utilisées par le grand public", tranche Trevor Coleman. Aux Etats-Unis, la société Neurosky propose un dispositif basé sur un seul capteur d’EEG, insuffisant, selon Interaxon, pour donner un résultat fiable. A l’inverse, la société australienne Emotiv propose un casque à 16 capteurs d’EEG, dont la complexité, la taille et le coût le restreignent à la recherche et au monde médical.

Le casque sera fabriqué en Chine. Le système devrait être commercialisé au troisième ou quatrième trimestre 2013 pour 200 dollars canadiens. Il sera disponible dans des boutiques aux Etats-Unis et au Canada, et dans le monde entier en ligne. Fondée en 2009 par des chercheurs de l’université de Toronto, Interaxon compte aujourd’hui 25 personnes. Ses fondateurs se frottent les mains puisqu’ils s’attendent à ce que le marché mondial du bien-être mental grimpe de 1 milliard de dollars en 2012 à 6 milliards en 2020.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.