Minalogic veut décupler la taille des start-up d’ici 2018

Dans sa phase 3, le pôle de compétitivité en micro et nanoélectronique privilégie le développement de produits et de marchés. Les projets d’innovation seront conduits en connexion étroite avec les applications commerciales. Les start-up bénéficieront d’un accompagnement étendu au financement et à la commercialisation.

Partager
Minalogic veut décupler la taille des start-up d’ici 2018

"Il faut que les technologies développées soient proches du marché", a martelé Loïc Liétar, Président de Minalogic lors de la présentation à Grenoble, jeudi 4 juillet 2013, de la feuille de route du pôle de compétitivité en micro et nanoélectronique pour la période 2013 - 2018. Le pôle grenoblois s’inscrit ainsi dans l’objectif fixé par l’État de passer de l’usine à projets à l’usine à produits innovants favorisant la compétitivité et la croissance de l’économie française. Les projets seront labellisés non seulement selon des critères technologiques mais aussi selon leurs perspectives économiques et commerciales. "On leur demandera la nature du produit à développer et le modèle d’accès au marché, précise Loïc Liétar. On veut être un investisseur au sens de création de richesse." Et Laurent Malier, directeur du CEA-Leti et membre du conseil d’administration de Minalogic, de surenchérir : "On veut devenir une usine à opportunités et un catalyseur des affaires. Lobjectif est de maximiser les retombées des projets d’innovation quitte à sortir de nos domaines."

Multiplier les co-labéllisation

Pour développer la proximité avec le marché, Minalogic compte renforcer la coopération avec les autres pôles de compétitivité situés dans les domaines applicatifs (médical, aéronautique, énergie, etc.). Un tiers des projets lancés jusqu’ici ont été co-labellisés avec d’autres pôles, dont beaucoup avec Systematic, le pôle francilien des technologies numériques et systèmes embarqués complexes. Aujourd’hui, 30 % des projets labellisés ont eu des retombées commerciales. L’objectif est de passer à 60 % dans la phase 3. Autre changement : l’extension au logiciel, qui joue un rôle grandissant dans les solutions intelligentes dans la santé, l’énergie, les transports ou la domotique. "Sur les 12 000 personnes que notre groupe compte en R&D dans le monde, 3 500 travaillent aujourd’hui sur le logiciel, contre 300 il y a 10 ans", confie Nicolas Leterrier, vice-président de l’innovation de Schneider Electric et membre du conseil d’administration de Minalogic.

2 ETI en 2018

Alors que Systematic veut favoriser l’émergence d’une cinquantaine d’ETI, le pôle grenoblois se montre plutôt modeste en visant deux ETI d’ici 2018. Mais côté start-up, il ambitionne de décupler le chiffre d’affaires cumulé de celles créées depuis 2007 en le faisant passer de 40 millions d’euros aujourd’hui à 500 millions d’euros en 2018. Minalogic ne revendique pas de vocation à créer des start-up. C’est l’écosystème d’innovation grenoblois qui le fait, à raison de 15 à 20 jeunes pousses par an. En revanche, le pôle leur apporte l’accompagnement nécessaire à leur développement en termes d’innovation mais aussi d’accès au financement et dorénavant en commercialisation.

Depuis 2005, Minalogic a labellisé 234 projets collaboratifs de R&D pour un budget global de 1,8 milliard d’euros, dont 692 millions de subventions publiques. Les retombées économiques se font déjà sentir localement puisque les 43 projets déjà finalisés ont généré la création de 560 emplois et un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros (qui devrait passer à 2 milliards d’euros dans 5 ans). Avec ses nouvelles orientations, le pôle espère amplifier le mouvement.

Ridha Loukil

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS