Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Movinga, le Airbnb du déménagement, s’offre une partie de Move24 et arrive en Suède

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Movinga, première plateforme consacrée au déménagement en ligne en Europe, annonce ce mardi 27 mars 2018 une prise de contrôle d’une partie importante des activités de son concurrent Move24. Une opération stratégique pour la start-up, juste quelques mois après sa levée de fonds de 22 millions d’euros, qui lui permet de mettre en pied en Suède et d’élargir son offre en France.

Movinga, le Airbnb du déménagement, s’offre une partie de Move24 et arrive en Suède
Movinga, le Airbnb du déménagement, s’offre une partie de Move24 et arrive en Suède © Movinga

Dans l’univers du déménagement, Movinga avance ses pions. Créée à Berlin en 2015, la première plateforme consacrée au déménagement en ligne en Europe annonce ce mardi 27 mars 2018 une prise de contrôle d’une partie des activités de Move24, en procédure d’insolvabilité.

 

Entrer sur le marché suédois du déménagement

"On reprend une partie de leurs activités, c’est-à-dire le marché suédois avec une équipe de 20 personnes, ainsi que les commerciaux, les opérationnels et le service client en France et les équipes commerciales en Allemagne", précise Enguerrand Jacquillat, COO et responsable du marché français, à L’Usine Digitale. Soit une équipe d’une quarantaine de personnes au total. Ce qui porte à environ 200 l’effectif de l’entreprise.

Mais surtout, "cela nous permet d’entrer sur le marché suédois", déclare Enguerrand Jacquillat. Une marché que lorgne Movinga depuis plusieurs mois. Car la Suède représente un beau potentiel pour la plateforme de déménagement. "La culture digitale y est très développée. Tout faire en ligne n’est pas nouveau pour les Suédois. D’autre part, ils déménagent en moyenne tous les Un à deux ans, avec des subventions d’état, ce qui rend le marché très intéressant", explique-t-il.

 

Se renforcer en France et en Allemagne

Movinga compté également sur ce rachat pour se renforcer sur les marchés allemands, à peu près équivalent à Move24 en volume d’affaires, et français, où la start-up bénéficie d’une position un peu plus dominante.

Cette opération intervient juste quelques mois après une deuxième levée de fonds de 22 millions d’euros pour Movinga (après une première de 17 millions d'euros fin 2016), annoncée à l’automne 2017, et dont le second tour de table de 8 millions d’euros s’est achevé le vendredi 23 mars. "Cela nous a permis de faire ce deal avec Movinga, mais cela va nous permettre également de continuer à nous développer dans les trois mois à venir pour devenir profitable", commente le COO de Movinga qui ajoute aussitôt : "Le seuil de profitabilité devrait être atteint en août 2018".  

 

Franchir le seuil de profitabilité en août 2018

Pour 2018, la start-up table sur une progression de 80 % du volume d'affaires. "En France, on a fait un peu plus de 10 millions d’euros de revenus en 2017 et on espère faire + 50 à 60 % de croissance en 2018. En Allemagne, nous sommes un peu en-dessous à environ 9 millions d’euros .l’idée est d’avoir un marché allemand qui prend 60-65 %", détaille le COO français.

Pour cela, Movinga compte poursuivre son développement en ligne, bien sûr, mais mise aussi sur le développement de boutiques physiques. Après l’ouverture d’un premier point de vente à Paris en début d’année, l’entreprise en ouvrira une seconde à Berlin le 16 avril. D’autres magasins sont également envisagés, en Suède, mais aussi dans d’autres villes françaises. "C’est important pour nous. Cela répond à une partie de la population qui est sensible à cet échange physique", explique Enguerrand Jacquillat.

Comment Movinga compte se différencier ? Par son algorithme principalement "Tout est dans l’optimisation des routes et des trajets pour nos partenaires (environ 250, dont une centaine actifs, ndlr). C’est ce qui les rend plis efficaces et qui permet d’avoir des tarifs plus intéressant. On a un modèle de prix que l’on peut comparer à celui d’une compagnie aérienne. Cela évolue. Plus on développera notre outil et plus on sera compétitif. A ce jour, Movinga promet des tarifs au moins 30 à 40 % moins cher qu’un déménagement classique, soit en moyenne 1200 €.
 

Se recentrer

Après des débuts un peu chaotiques, qui l’avait conduite a fermé l’Italie et l’Angleterre, entre autres, pour se concentrer sur la France et l’Allemagne, Movinga semble avoir retenu la leçon et avancer avec tact. "On avait fait les choses un peu à l’envers, avoue Enguerrand Jacquillat.  On avait ouvert sic pays d’un coup, alors qu’on n’avait pas 1% des outils technologiques. Ce n’était pas viable.  Avec l’avance technologique que l’on a désormais, nous avons des outils assez sympas qui nous permettrons d’ouvrir d’autres pays". Mais chaque chose en son temps.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale