Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Munich, un hub high-tech géré d’une main de maître par la Bavière

Aux quatre coins de la planète, des entrepreneurs tentent de reproduire la dynamique qui a fait de la Californie l'eldorado des sociétés de nouvelles technologies. L’Usine Digitale tire pour vous le portrait de 10 villes qui se rêvent en Silicon Valley. Aujourd'hui partons pour Munich, en Allemagne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Munich, un hub high-tech géré d’une main de maître par la Bavière
Munich, un hub high-tech géré d’une main de maître par la Bavière © DR

La région comme accélérateur, comme soutien au développement des TIC et de la high-tech. C’est le modèle choisi par la Bavière, ancien territoire agricole, pour développer son pôle technologique à Munich. Après la deuxième guerre mondiale, la ville a profité de l’occupation Américaine pour développer des partenariats avec des entreprises de l’électronique outre-Atlantique. Elle est devenue le centre nerveux du secteur en Europe. Aujourd’hui encore, 550 entreprises des TIC américaines sont implantées dans la zone.

Des géants des TIC sont installés à Munich :
  • Google, le géant numérique américain a installé en 2007 un pôle de R&D au centre de Munich, spécialisé dans les services autour des SMS.
  • Intel : l’un des premiers fabricants de semi-conducteurs du monde a installé son siège régional à Munich.
  • Siemens, le groupe allemand high-tech a choisi d’installer son siège à Munich, pôle majeur de l’électronique en Europe.
  • BMW : le constructeur automobile allemand a ouvert un centre de R&D à Munich ou il développe notamment la voiture connectée.

Mais la récession de 1993 en Allemagne vient assombrir le paysage. La Bavière décide alors d’investir dans le secteur de la high-tech pour créer une dynamique économique nouvelle. Elle vend, selon le Guardian, 2,9 milliards d’euros d’actions qu’elle détenait dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures. Avec ces fonds, elle investit dans l’industrie de pointe et crée en 1995 Bayern Kapital, une filiale de la banque de développement publique LfA Förderbank Bayern. Ce fonds de capital-risque dispose de 75 millions d’euros, qu’il place dans des start-up du secteur des nouvelles technologies.

Une ville où l’on se sent bien

Pour rester attractive, la Bavière a aussi misé gros sur l’éducation : 13 universités mais aussi de nombreuses organisations de recherches publiques, comme le siège social des célèbres Fraunhaufer entouré de deux de ses centres de recherche et l’institut Max Planck. Résultat ? Aujourd’hui, plus de 55 000 personnes travaillent dans la recherche et développement à Munich. La ville est depuis 20 ans le lieu où sont déposé le plus grand nombre de brevets technologiques par habitant en Allemagne.

Dans cette recette pour développer sur une longue période un pôle technologique important, un dernier ingrédient clef n'a pas encore été cité : la qualité de vie, essentielle pour attirer salariés et entrepreneurs de haut niveau. Difficile de couler des jours plus tranquilles qu’à Munich : c’est la quatrième ville la plus agréable à vivre au monde selon une étude publiée en 2012 par le cabinet Mercer.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale