Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

MWC : Ford devient fabricant de vélos et fournisseur de mobilité intelligente grâce à l'open hardware

Ford a entamé la mue numérique de son innovation. Il est venu le montrer à Barcelone avec un vélo - et non des automobiles ! - né dans l'open source hardware. Un projet made in Palo Alto, le jeune laboratoire californien du constructeur devenu l'une des têtes de pont de son innovation. Coup d’œil sous le capot de cette transformation aussi technologique qu'économique.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

MWC : Ford devient fabricant de vélos et fournisseur de mobilité intelligente grâce à l'open hardware
MWC : Ford devient fabricant de vélos et fournisseur de mobilité intelligente grâce à l'open hardware © Emmanuelle Delsol

En 2013, Ford était venu au Mobile world congress de Barcelone pour montrer l’ouverture de son système d’exploitation pour automobile. En 2014, l'entreprise présentait une voiture autonome. En 2015, la démonstration se veut tout autre. Le constructeur américain a mis les projecteurs sur les premiers résultats de la transformation de sa stratégie d’innovation. Une preuve ? Sur son stand, une seule automobile à côté de… trois vélos ! Deux prototypes électriques et pliants conçus par Ford pour tester les marchés de la mobilité intelligente, baptisés Mode : Me et Mode : Pro, et le démonstrateur de vélo en open hardware du projet Infocycle. Les premiers fruits de la stratégie "smart mobility" dévoilée au CES 2015.

Le Mode : Pro a été fabriqué par Ford lui-même. Il est conçu pour être associé à un véhicule commercial dans lequel il se recharge directement. Connectés à une appli, sur un smartphone qui s’installe sur le vélo, les deux prototypes adaptent l’assistance électrique du pédalage à la fréquence cardiaque du cycliste, l’aident - lorsque c’est un livreur - à optimiser la combinaison entre trajets en véhicule et en vélo en fonction de sa tournée, etc. Avec ces produits, Ford cherche à devenir un fournisseur de "mobilité intelligente", au-delà d'un constructeur d’automobiles. "Il ne s’agit pas d’abandonner un business pour l’autre, tient néanmoins à tempérer Ken Washington, vice-président de la recherche et de l’ingénierie avancée depuis août 2014. Nous allons continuer de construire des automobiles, mais nous allons aussi aider les gens qui ne veulent pas ou ne peuvent pas conduire, ceux qui veulent utiliser un vélo, à circuler en 'smart mobility'."

Collecter et partager ses données pour repenser le vélo

Le basculement de constructeur à fournisseur de services de mobilité semble bel et bien en marche. Le troisième vélo sur le stand, pour modestement paraphraser Magritte, n’est pas un vélo. C’est en réalité un sujet d’expérimentation d’open hardware. Ce modèle du marché n’est ni conçu ni fabriqué par Ford. Mais il est équipé d’un petit boîtier fait par le constructeur et bourré de capteurs (accéléromètre, gyroscope, température, etc.), adaptable sur quasiment n’importe quel vélo. Ce dispositif a été proposé à une dizaine de cyclistes de San Francisco, des volontaires sélectionnés par Ford et le cabinet de design industriel Ideo pour leurs profils spécifiques correspondant à un large spectre d’usages (adepte des trajets travail-maison à vélo, sportif de montagne, etc.).

Le projet Infocycle a consisté à récupérer durant 6 mois les informations générées par ces cobayes pour ensuite les fournir à des développeurs de la communauté open source. Ces derniers pourront imaginer des solutions de mobilité à vélo, qui reviendront ensuite à la communauté par le biais de Ford. La phase de récolte de données sur les 10 cyclistes est terminée. Une autre phase avec davantage de volontaires devrait commencer, ainsi que le traitement des données et le travail avec des constructeurs de vélos, des prestataires de service de partage de vélos, etc. "L’objectif, c’est d’ouvrir ces données, comme nous le faisons déjà avec celles récoltées avec l’autre boîtier OpenXC destiné aux automobiles, explique Jamel Seagraves, advanced research engineer dans le laboratoire Ford de Palo Alto. C’est une démarche de plate-forme, pas de produit."

Palo Alto, petit labo deviendra grand

Cette démarche OpenXC d’open hardware a été initiée par la petite équipe d’une poignée d’ingénieurs installée au cœur de la Silicon Valley depuis le début de l’été 2012. Ils y étaient venus jouer les start-up internes de Ford en se frottant à la culture et à l’écosystème locaux, en participant à des hackathons avec Facebook par exemple, en travaillant en mode agile, etc. Aujourd’hui, c’est une équipe répartie entre Palo Alto et le siège de Dearborn qui gère la plate-forme de données open source. "OpenXC compte près d’un millier de contributeurs du monde entier, précise Jamel Seagraves. Et la communauté grossit chaque jour." Le projet Infocycle est certes une expérimentation autour de la mobilité multimodale mais surtout une expérimentation réelle de l’utilisation de l’open source hardware dans la stratégie d’innovation.

Dans le prolongement, et en liaison avec Palo Alto, Ford multiplie dans le monde entier les défis lancés à la communauté open source à partir de ses jeux de données. Avec l’idée d’imaginer des solutions à des questions locales comme la circulation à Londres, le parking à Los Angeles ou la mousson à Mumbai. Pour ces raisons entre autres, Ford veut faire passer Palo Alto à la vitesse supérieure. Les 24 employés actuels ont déménagé sur un site plus grand et devraient être rejoints par une centaine d’autres d’ici la fin de l’année. "Nous travaillons déjà avec Nest, ou avec Google et Apple sur les OS dans la Silicon Valley, précise Ken Washington. Ce laboratoire n’est pas juste une vitrine, c’est la pièce centrale de l’innovation Ford sur la connectivité, la mobilité et l’autonomie. En termes d’organisation globale, on écrit encore les règles en avançant. Mais nous allons par exemple mettre en place des rotations d’employés qui iront travailler à Palo Alto deux ou trois ans. Nous voulons en tirer des enseignements sur l’innovation technologique mais aussi sur le business."

Bientôt une équipe de recherche sur le business model

En travaillant sur une mobilité multimodale, en se rapprochant d’une clientèle nouvelle comme les villes ou les états, Ford change aussi de périmètre d’activité. L'entreprise se dirige vers une transformation de son business model. "Nous sommes tout juste en train de constituer une équipe de recherche autour du business model, raconte Ken Washington. Elle comprendra des spécialistes de la technologie - la mobilité ou la connectivité, par exemple - mais aussi nos experts de l’expérience clients, des membres de la Ford credit team sur les modèles alternatifs d’achat, des responsables du marketing, de l’équipe planning, etc. Et nous participons même à un projet de recherche sur le sujet à l’université technique de Rhénanie-Westphalie (RWTH) à Aix-la-Chapelle sur la théorisation de ces business models, notamment à partir de l’analyse de ceux déjà en place dans d’autres entreprises."

Emmanuelle Delsol, à Barcelone

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale