Non convaincue par ses concessions, la justice américaine s'apprêterait à poursuivre Google

D'ici quelques semaines, Google pourrait faire face à une procédure antitrust menée par le ministère américain de la justice. Il est accusé d'abuser de sa position dominante sur le marché de la publicité en ligne au détriment des autres fournisseurs de technologies publicitaires. Un grief partagé par la Commission européenne, qui mène également une enquête sur le sujet depuis juin 2021.

Partager
Non convaincue par ses concessions, la justice américaine s'apprêterait à poursuivre Google

Le département américain de la justice (DoJ) ne serait pas convaincu par les concessions proposées par Google, d'après Bloomberg. Il avait proposé de scinder son activité publicitaire en créant une filiale sous la seule responsabilité de sa société mère Alphabet pour qu'on ne l'accuse plus de monopole sur le marché de la publicité en ligne. Le DoJ pourrait donc "dans les prochaine semaines" ouvrir une enquête antitrust sur Google, croît savoir deux sources anonymes citées par l'agence de presse.

Le procureur général adjoint dédié aux affaires anticoncurrentielles, Jonathan Kanter, a refusé de commenter cette information lorsqu'il a été interrogé à ce sujet lors d'une conférence. Il a simplement indiqué que l'agence s'était engagée à plaider les affaires antitrust devant les tribunaux, en particulier lorsqu'elles portaient sur des monopoles.

Le DoJ décidé à refuser les compromis

Notons que Jonathan Kanter pourrait être récusé des procédures liés à Google car il a déjà travaillé avec Microsoft, News Corp et Yelp dans le passé. "Des concurrents de Google", d'après un avocat de la firme de Mountain View qui juge que le procureur n'est pas impartial. C'est donc Doha Mekki, son adjointe, qui pourrait se charger de cette future procédure. "La position de la division antitrust est de ne pas accepter les règlements (...) car ils suggèrent un compromis", a-t-elle déclaré.

Google est un acteur majeur de la publicité en ligne. Il est présent sur plusieurs maillons de la chaîne avec un portefeuille de technologies. Il dispose de plateformes d'achats (DSP) – telles que Google DV 360 et Google Ads – qui permettent aux annonceurs de se connecter à de multiples supply side platforms (SSP) afin de participer aux enchères organisées par ces dernières. Google AdX est la SSP de Google, une marketplace où se rencontrent les acheteurs d'espaces publicitaires et les éditeurs souhaitant en vendre. Enfin, Google DFP permet aux éditeurs de choisir quelles publicités afficher sur leur site web ou sur leur application mobile.

Les activités publicitaires de Google ont généré 31,7 milliards de dollars

Grâce à ces services, Google détient des parts importantes du marché de la publicité en ligne, qui a généré 31,7 milliards de dollars de revenus en 2021. Cette position lui a déjà valu de nombreux procédures et même des sanctions. L'Autorité de la concurrence lui a infligé une amende de 220 millions d'euros en juin 2021 à la suite de saisines de News Corp, du groupe Le Figaro et du groupe Rossel La Voix. Elle a conclu qu'il avait abusé sa position dominante sur le marché des serveurs publicitaires pour éditeurs de sites web et d’applications mobiles. Une série d'engagements avait été prise.

L'activité publicitaire de Google fait également l'objet d'une procédure toujours en cours devant le tribunal fédéral de New York. La plainte avait été déposée en décembre 2020 par les procureurs généraux des États, dirigés par le procureur général républicain du Texas, Ken Paxton.

La Commission européenne enquête aussi sur la position de Google depuis juin 2021. Elle souhaite déterminer s'il a enfreint les règles européennes en favorisant ses propres services de technologie d'affichage publicitaire en ligne au détriment de prestataires de services de technologie publicitaire, d'annonceurs et d'éditeurs en ligne concurrents. L'enquête permettra notamment d'examiner s'il fausse la concurrence en limitant l'accès de tiers aux données des utilisateurs à des fins publicitaires sur des sites web et des applications, tout en réservant ces données pour son propre usage.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS