"Nous travaillons sur des modèles pour prédire ce que vous pourriez oublier", explique Eric Horvitz

Moteurs de recherche, traductions automatiques, assistants personnels... Les techniques d'intelligence artificielle se trouvent au coeur de la révolution numérique. Eric Horvitz, le directeur du laboratoire de Redmond de Microsoft Research, évoque pour L'Usine Digitale les projets sur lesquels travaillent ses équipes.

Partager

L’Usine Digitale : On connaît l’assistant personnel Cortana et Skype Translator, mais sur quels autres projets liés à l’intelligence artificielle travaille Microsoft Research ?

Eric Horvitz : Ils sont nombreux ! Notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la santé. Nous avons par exemple aidé à mettre en place dans plusieurs pays des systèmes qui prédisent le résultat des traitements pour chaque patient. Ils permettent aussi de guider les médecins, en estimant si les patients seront réadmis à l’hôpital sous 30 jours où en déterminant qui pourrait attraper une maladie nosocomiale. Nous utilisons également des méthodes liées à l’intelligence artificielle pour aider à comprendre et concevoir des vaccins.

Nous travaillons également sur la construction d’un système conversationnel riche, avec lequel les gens puissent facilement communiquer. Un autre champ de recherche est celui du bon sens. Par exemple, nous cherchons à réussir à identifier et légender automatiquement le contenu d’une image. Voir qu'il y a du pain et une lampe sur une table par exemple. Aussi étonnant que cela puisse paraître et même si cela semble enfantin, c’est l’un des plus grands défis que nous ayons rencontré.

L’intelligence artificielle aide-t-elle à rendre l’informatique plus personnelle ?

Essayer de créer un système élégant pour "augmenter" les êtres humains, les aider à mieux organiser leur temps, à mieux réfléchir à leurs buts, et à mieux les atteindre, est un beau défi. Mais il y a de nombreux verrous à lever pour donner à un agent une connaissance plus profonde de l’utilisateur, à un niveau personnel, via ses e-mails, son agenda... Le but est de mieux comprendre votre vie pour mieux vous épauler. Nous avons par exemple un projet appelé Jogger [pour "memory jogger", dans le sens "se rafraîchir la mémoire", ndlr] qui utilise plusieurs modèles pour prédire ce que vous pourriez oublier, ce dont vous voulez vous souvenir dans certaines situations, et si c’est le bon moment pour vous le rappeler suivant votre activité.

Nous maîtrisons bien la vision artificielle, la reconnaissance vocale, le traitement du langage naturel, la planification… L'une des directions les plus prometteuses vise maintenant à tisser ces briques ensemble pour en faire ce que j’appelle des "symphonies" d’intelligence.

Eric Horvitz, Microsoft Research

Nous travaillons beaucoup sur ce que j’appelle l’informatique complémentaire. Elle a comme point de départ l’idée que nos esprits n’évoluent pas beaucoup. En tant qu’espèce, nous avons certaines capacités et certaines limitations concernant ce dont on peut se rappeler, ce que l’on peut comprendre, visualiser, planifier, apprendre... Ne serait-il donc pas intéressant de construire des machines qui nous connaîtraient si bien qu’elles pourraient combler nos lacunes et nous enrichir en étant complémentaires, non seulement de l’être humain en général mais aussi plus personnellement en fonction des nuances de l’esprit de chacun ?

Les techniques de raisonnement semblent être celles qui progressent le plus difficilement...

On sait faire du raisonnement, mais sur des problèmes simples, de démonstration. Rien de comparable au raisonnement complexe dont peut faire preuve un être humain. L’un des défis les plus intéressants que nous poursuivons chez Microsoft Research est l’intelligence artificielle intégrative, qui coordonne différentes fonctions. Nous avons des briques technologiques que nous maîtrisons bien, comme la vision artificielle ou la reconnaissance d’images, la reconnaissance vocale, le traitement du langage naturel, la planification… mais pour moi l’une des directions les plus prometteuses vise à tisser ces briques ensemble pour en faire ce que j’appelle des "symphonies" d’intelligence.

Je pense qu’on obtiendra des systèmes très compétents avec cette approche. Et qui sait, peut-être qu’un jour découvrira-t-on que nous aussi, en tant qu’humains, nous sommes une symphonie de compétences et pas un ensemble monolithique.

Propos recueillis par Julien Bergounhoux

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS