Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Paris Fintech Forum] Voici les 4 fintechs qui ont remporté les prix

La cérémonie des Fintech Awards, qui se tenait ce mercredi 30 janvier lors du Paris Fintech Forum au Palais Brongniart, à Paris, a récompensé 4 fintechs parmi les 62 pré-sélectionnées. L'Usine digitale vous les présente.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Voici les 4 fintechs qui ont remporté les prix du Paris Fintech Forum
Exemple d'utilisation de Koosmik, l'une des fintechs qui a été récompensée. © Dodo GraphiX Media

La cérémonie des Fintech Awards, qui se tenait ce mercredi 30 janvier lors du Paris Fintech Forum au Palais Brongniart, à Paris, a récompensé 4 fintechs parmi les 62 pré-sélectionnées, dans les catégories “Meilleure innovation”, “Meilleur business model”, “Meilleur pitch” et “Prix spécial du jury”. Les voici.

 

ZEGO propose des assurances à la demande

Lancée en 2016 par trois co-fondateurs, Harry Franks, Sten Saar et Stuart Kelly, l’insurtech britannique a reçu le prix de la meilleure innovation. Son point fort ? Proposer des assurances sur-mesure pour les travailleurs indépendants. A la différence des assurances traditionnelles, dont les coûts, fixes, peuvent sembler prohibitifs à des travailleurs dont la rémunération à la tache s’avère irrégulière, les assurances proposées par Zego introduisent une certaine flexibilité.

 

Elles peuvent se contracter à l’heure, ce qui permet aux coursiers de plateformes digitales comme Deliveroo d’être couverts uniquement et automatiquement le temps de leur service, à partir du moment où ils se loggent. Et ce auprès des diverses plateformes pour lesquelles ils oeuvrent.

 

Les données (géolocalisation...) auxquelles elle a accès en temps réel, pourraient également permettre à la start-up d'affiner son offre en proposant des assurances risques variables selon l’endroit où le freelance se trouve et les risques qu’il y encourt. L’insurtech collabore aujourd’hui avec Uber, Deliveroo, Quiqup, Sturt et une dizaine d’autres plateformes.


Avec MAMBU, les institutions bancaires de toutes tailles gagnent en agilité

Lancée en 2010, la fintech allemande Mambu fondée par Eugène Danilkis, Fréderik Pfisterer et Sofia Nunesa a remporté le prix du “Meilleur business model”. Son offre ? Une plateforme bancaire as-a-service, capable de fournir des formes de prêts rapides et innovants. Aisément intégrable, la solution permet à n’importe quelle entité bancaire, les acteurs établis comme les institutions de micro-finance, de designer, lancer et faire évoluer leurs produits de financement et services bancaires de façon plus agile, selon leurs besoins spécifiques. Aujourd’hui, la plateforme dessert plus de 6 000 de ces produits et services auprès de 9 millions d’utilisateurs finaux. La société compte plus de quatre millions de comptes actifs dans près de 55 pays, des fintech aux banques traditionnelles.

 

FLUIDLY automatise et optimise la trésorerie des PME

Basée à Londres, la fintech Fluidly, créée en 2016 par Caroline Plumb et Johnnie Ball, vient de remporter le prix du “Meilleur pitch”. Il faut dire que sa proposition a de quoi laisser rêveur nombre d’entreprises : la start-up leur propose d'automatiser, prédire et optimiser leur trésorerie grâce à une solution combinant différentes technologies d’intelligence artificielle, telle le machine learning.

 

Pour cela, la solution, mise au point par les entrepreneurs, ingénieurs et data scientists de l’équipe, s’appuie sur la comptabilité et les données de transactions bancaires de ses clients pour leur fournir une image claire de leur situation financière actuelle et à venir. Le tout en quelques minutes, quand ces calculs s’effectuaient tous les mois de manière traditionnelle. Fluidly s’adresse tout particulièrement aux petites et moyennes entreprises, particulièrement sensibles aux problèmes de trésorerie, afin qu'elles prennent leurs décisions financières en conscience.

 

KOOSMIK vise l'inclusion financière des populations défavorisées

La fintech luxembourgeoise, créée en 2014 par Grégoire Yakan et Matthieu Cranze, s’est vue décerner le “Prix spécial du jury” pour sa solution permettant l’inclusion financière des populations défavorisées. Koosmik a développé une plateforme mobile fournissant des services financiers aux populations dépourvues de compte en banque. Les utilisateurs, munis d’un portable, peuvent télécharger gratuitement un portefeuille électronique leur permettant de déposer et retirer de l’argent, payer directement leurs factures… via une même interface mobile. Des services d’assurance et de crédits devraient compléter prochainement l’offre. Les services en ligne, sécurisés, s’exécutent indépendamment des banques traditionnelles et des services de télécommunication.

 

La start-up, qui a levé plus d’un million d’euros pour se développer en Afrique de l’Ouest, a commencé à proposer ses services au Togo. Avec plus de 55 000 utilisateurs aujourd’hui, elle entend élargir son périmètre à toute la région.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale