Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pas de champions européens du numérique sans marché unifié

Ce n’est pas à l’université numérique du Medef que vous trouverez des eurosceptiques. C’est plutôt d’un manque d’Europe sous la forme d’un marché unifié qu’on regrette ici. La fragmentation territoriale, linguistique et législative constitue un handicap pour les entreprises européennes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pas de champions européens du numérique sans marché unifié
Pas de champions européens du numérique sans marché unifié © Jahovil

Si vous voulez mettre d’accord des spécialistes de l’économie numérique, entreprises ou observateurs, lancez-les sur la question du marché unique européen. Vous observerez alors des convergences que vous n’obtiendriez pas forcément sur d’autres sujets. La preuve en a été donnée avec le débat organisé sur la régulation numérique organisé le 10 juin dans le cadre de l’université numérique du Medef, où aussi bien le représentant de Google France que celui de la SNCF ou le président du Conseil national du Numérique ont appelé de leurs vœux une accélération des règles prévalant en Europe.

 

Tous ou presque estiment que le morcellement réglementaire est aujourd’hui une entrave au développement des entreprises françaises et européennes, quand, de leur côté, les entreprises américaines peuvent capitaliser sur un marché intérieur conséquent où elles amortissent dans un premier temps l’investissement nécessaire pour construire une plateforme efficiente et rentable.

 

halte à la fragmentaiton des réglementations

 

C’est ce qu’a vécu Yves Tyrode, le directeur digital et communication de la SNCF, quand il travaillait pour voyages-sncf.com. "Dans chaque pays, tout est différent ", regrette-t-il. Un chiffre résume l’ampleur du défi : Booking dépense deux milliards chaque année pour arriver en tête du moteur de recherche, une somme que l’entreprise peut mobiliser grâce à sa position sur le marché nord américain. Un ticket qu’un voyagiste européen, fût-il le premier site d’e-commerce comme voyages-sncf.com, ne peut pas se payer, sa base étant trop réduite. Une fois développé chez soi, il faut conquérir un par un les autres pays européens.

 

Mais pas question de sombrer dans la sinistrose. Yves Tyrode en est persuadé, la bonne nouvelle vient de l’arrivée des grands groupes européens dans la transformation digitale. Avec les moyens dont ils disposent, ils devraient contribuer à l’émergence des géants de demain. Un peu plus tôt Carlo d’Asaro Biondo, président EMEA de Google, faisait un constat assez proche, quand il répondait aux attaques dont les GAFA sont parfois la cible. Selon lui, les acteurs européens peinent à se développer ce n’est pas en raison de la puissance des GAFA, mais plutôt en raison de la fragmentation européenne : langues, lois, fiscalité… Et une approche des affaires différentes. Au pragmatisme prévalant aux États-Unis et en Asie, il oppose la vision théorique des Européens.

 

Thibaud Sampal, le directeur général de Uber France, va plus loin, tout en pointant comme les autres, que la fragmentation des marchés européens est un handicap. "Ni le gouvernement, ni les entreprises ne parlent autant de manière défensive aux États-Unis, remarque-t-il. Si le gouvernement fédéral avait protégé Yahoo ou Microsoft, Apple ne serait peut-être pas là où il en est."

 

Revisiter le droit des affaires en Europe

 

Rien d’étonnant donc qu’Uber préconise un renouvellement du droit des affaires en Europe, en s’inspirant davantage de la tradition anglo-saxonne, où la loi définit un cadre souple, raisonnable, laissant aux juges et à la jurisprudence le soin de définir ensuite les limites de ce qui est ou non acceptable.

Cela ne veut pas dire, selon Thibaud Sampal, qu’il ne faut pas agir, ou qu’il faut laisser faire les acteurs privés. Critiquant l’idée de taxer l’utilisation la bande passante en France, le patron d’Uber France a rappelé que les États européens pourraient se coordonner plutôt pour travailler sur les taux de TVA.

Les gouvernements nationaux sont-ils conscients des enjeux économiques d’un tel changement ? Au point d’accepter de passer la main à l’Union européenne ?

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale