Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

PayPal, Getir, Bolt… Les annonces de licenciements se poursuivent dans la Tech

La conjoncture est rude et les annonces des entreprises tech se succèdent et se ressemblent. Les start-up, en particulier, licencient à tour de bras. Les fintech PayPal, Klarna et Bolt se séparent de nombreux employés, tout comme les spécialistes du quick commerce Getir, Gorillas et Zapp. Le contexte macro-économique est venu bousculer les marchés financiers et la priorité est désormais à la rentabilité alors que les valorisations chutent.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

PayPal, Getir, Bolt… Les annonces de licenciements se poursuivent dans la Tech
PayPal, Getir, Bolt… Les annonces de licenciements se poursuivent dans la Tech © Unsplash - Jason Goodman

L'économie se détériore et les marchés financiers vacillent. Les start-up et les entreprises technologiques montrent de premiers signes inquiétants. Les annonces de licenciements se succèdent. PayPal, Getir ou encore Bolt sont les derniers à se séparer d'employés. Tour d'horizon de ces annonces.
 

Des dizaines de licenciements pour PayPal

PayPal a commencé à licencier des employés qui travaillent dans la gestion des risques et les opérations, rapporte Bloomberg. Des dizaines d'employés travaillant à Chicago, Omaha et Chandler sont concernés. La fintech avait annoncé dans le courant du mois de mai vouloir licencier plus de 80 personnes travaillant à son siège social de San José. Ces licenciements interviennent alors que ses effectifs ont constamment augmentés ces dernières années pour atteindre 30900 employés en fin d'année 2021, soit une augmentation de 33% par rapport à son niveau d'avant pandémie.

PayPal cherche désormais à consolider ses bénéfices après avoir fait stagner ses dépenses au cours des derniers trimestres. Dans un rapport aux autorités financières, PayPal a déclaré avoir engagé 20 millions de dollars de coût liés à sa restructuration au cours des trois premiers mois de l'année (comprenant notamment les indemnités de départs). L'entreprise prévoit d'engager 100 millions de dollars supplémentaires dans le courant de cette année pour sa restructuration. A terme, ces suppressions de poste lui permettront d'économiser environ 260 millions de dollars par an.

Klarna et Bolt dans la tourmente

Côté fintech, le géant suédois du paiement fractionné Klarna va licencier 10% de ses effectifs, soit environ 500 personnes. L'évolution de la conjoncture économique à fait chuter sa valorisation et la start-up chercherait de nouveau à lever des fonds.

Elle n'est pas la seule. Le spécialiste du paiement en un clic Bolt licencie près de 240 personnes, soit environ 25% de ses effectifs. Celle qui était valorisée à 11 milliards de dollars plus tôt cette année a débuté cette vague de licenciement mercredi 25 mai 2022, rapporte le New York Times. Ces licenciements sont attribués à des "changements structurels" au milieu du "défi macro-économique".

Le quick commerce est fragilisé

Le spécialiste de la livraison de courses ultra-rapide Getir, suit les pas de son concurrent allemand Gorillas. La start-up turque devrait supprimer 14% de ses effectifs à travers le monde, rapporte TechCrunch. Cela correspond à près de 4480 personnes puisqu'elle emploie environ 32000 personnes sur les neuf marchés où elle opère (Turquie, Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Portugal et Etats-Unis). Getir devrait également ralentir son expansion puisque cela se fait à grand renfort de campagnes marketing et d'offres promotionnelles qui lui coûtent cher. Mais la start-up ne prévoit pour l'instant pas de se retirer des marchés où elle opère.

Son concurrent allemand Gorillas a annoncé licencier près de 300 personnes et vouloir se recentrer sur 5 marchés clés. Ces annonces ne sont pas si étonnantes au vu du contexte économique. Les start-up dans la livraison ultra-rapide se sont multipliées en peu de temps, elles ont levées de sommes conséquentes à des valorisations très élevées. Mais l'argent ne coule plus à flot et elles vont devoir montrer aux investisseurs qu'elles peuvent être rentables. Un business model qui reste encore à prouver.

Le britannique Zapp également annoncé supprimer 10% de ses effectifs soit environ 250 licenciements. La start-up va se recentrer sur Londres mais n'abandonne pas pour autant tous ses projets d'expansion.

100 start-up américaines

Le spécialiste américain de la sécurité dans le cloud Lacework licencierait 20% de ses effectifs. Au global, depuis le début de l'année, une centaine de start-up américaines ont licencié des employés, rapporte le site Layoffs.fyi, cité par le New York Times. Les financements sont beaucoup plus difficiles à trouver. Cette vague de licenciements qui atteint également les start-up européennes après les levées de fonds record de l'année 2021.

A noter que les géants de la Tech semblent s'en sortir. Puisque Microsoft et Apple augmentent les salaires afin d'éviter les départs. Une stratégie qui pourrait évoluer si les licenciements dans les start-up se poursuivent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.