Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pour Thierry Breton, l'UE doit avoir sa propre constellation de satellites pour l'internet haut débit

Vu ailleurs Pour assurer sa souveraineté numérique, Thierry Breton estime que l'UE doit se doter de sa propre constellation de satellites dédiée à l'internet haut débit. Le commissaire européen au marché intérieur envisage de rapidement proposer ce projet à la Commission.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pour Thierry Breton, l'UE doit avoir sa propre constellation de satellites pour l'internet haut débit
Pour Thierry Breton, l'UE doit avoir sa propre constellation de satellites pour l'internet haut débit © Nasa-Unsplash

L'Union européenne doit se doter de sa propre constellation de satellites pour l'internet haut débit, assure Thierry Breton. Interrogé par le Figaro dans une interview publiée le 1er juillet, le commissaire européen au marché intérieur rappelle que "l’Europe est autonome dans la navigation par satellite, avec Galileo, et dans l’observation de la Terre et la surveillance, avec Copernicus". Mais le vieux Continent doit aller encore plus loin pour "assurer sa souveraineté numérique".

Renforcer l'autonomie stratégique des INFRASTRUCTUREs
L'ex-PDG d'Atos veut "proposer rapidement" ce projet tout en espérant réussir à préserver l'enveloppe de 16 milliards d'euros consacré à l'espace pour la période 2021-2027 prévue par la Commission européenne. Certains Etats membres souhaitent réduire ce budget. "Nous en sommes déjà à 15 milliards dans les négociations en cours, c’est-à-dire plus très loin", a-t-il confié.

Composée de "satellites géostationnaires et une constellation LEO (orbite basse) équipés de systèmes cryptés et de technologies quantiques", cette constellation devra permettra de développer l'économie numérique européenne. De plus, le haut fonctionnaire en charge des questions spatiales estime que "les constellations de satellites renforceront l'autonomie stratégique de nos infrastructures de connectivité".


Les méga constellations inquiètent
Mais alors pourquoi l'Europe ne s'est pas positionnée comme repreneur officiel du projet de constellations de mini-satellites de l'opérateur OneWeb déclaré en faillite en mars 2020 ? "Nous avons regardé le dossier, y compris dans son volet technique, Dans toute faillite, il n’y a sans doute pas qu’une seule raison, estime Thierry Breton et ajoute, il nous est apparu très vite que OneWeb ne pouvait répondre à nos ambitions de connectivité et d’autonomie stratégiques". La justice américaine doit désigner un repreneur de la société dans les jours à venir. 

Par aillers, les projets de constellations de satellites, dont Starlink (SpaceX), constitue la parfaite illustration, inquiètent de plus en plus. Certains craignent qu'elles augmentent la pollution spatiale provoquée par l'amoncellement de débris spatiaux. De plus, ces méga constellations pourraient affecter les observations astronomiques scientifiques à cause de la pollution lumineuse. "Les constellations de satellite auront un impact sur les progrès de l'astronomie, à la fois pour l'observation radio, optique et infrarouge, et nécessiteront de réaffecter les ressources humaines et financières dédiée à la recherche fondamentale pour étudier et mettre en œuvre des mesures d'atténuation", constatait l'Union astronomique internationale (UAI), dans un communiqué publié en février 2020.

SpaceX espère répondre à ces préoccupations avec un tout nouveau système qui est actuellement à l'essai : une visière installée sur les satellites doit empêcher le soleil de se refléter sur les surfaces de ses antennes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media